Soirée papillons 30 avril 2015

Papillons de nuits - 30 Avr 2015

Liste des espèces rencontrées lors de la 3ème sortie papillons de nuit.

Acidalie blanchâtre (Idaea subsericeata) : Au nombre de deux, ces petites phalènes n’ont pas été très simples à identifier, j’ai recu de l’aide. Elles sont d’apparence assez variable, avec des lignes plus ou moins marquées sur les ailes. La chenille se nourrit sur diverses plantes comme le plantain ou les pruniers par exemple.

Acidalie dégénérée (Idaea degeneraria) : Une autre du même genre, mais pour celle-ci l’identification est plus simple grâce à la ligne des ailes antérieures qui se prolonge sur les postérieures et à sa position assez proche de la base. Le point discal de l’aile antérieure est situé à l’intérieur de cette bande sombre. Elle est tout de même variable. La chenille se nourrit sur diverses plantes comme les ronces, les liserons, les scabieuses…

Aspilate ochracée (Aspitates ochrearia) : Ce joli papillon de couleur jaunâtre est facilement reconnaissable grâce à ses deux lignes sombres et à son point discal sur les ailes antérieures. Le fond de ses ailes est moucheté de sombre. La chenille est polyphage et se nourrit entre autre de scabieuses, de thyms, de lavandes, de carottes… C’est elle qui passe l’hiver.

Hémithée éruginée (Jodis lactearia) : Une phalène blanche avec les ailes postérieures pointues en leur centre. Deux fines lignes traversent les ailes antérieures et postérieures. Sa coloration générale varie et peut également être beige ou verte. La chenille est polyphage.

Citronnelle rouillée (Opisthograptis luteolata) : Rencontrée à la sortie précédente, elles étaient cette fois-ci plus nombreuses (4 contre 1 le 11 avril). Elles sont toujours aussi agréables à regarder du fait de leur coloration vive pour un papillon nocturne (qui vole aussi de jour d’ailleurs). La chenille est polyphage.

C noir (Xestia c-nigrum) : Ce papillon a un joli dessin rectangulaire noir sur les ailes antérieures traversé par une sorte de « C » beige. Une tache en forme de rein appelée tache réniforme se situe sous le rectangle noir. La chenille se nourrit sur de nombreuses plantes herbacées.

Leucanie sicilienne (Mythimna sicula)/Leucanie des steppes (Mythimna alopecuri) : Un autre individu de ce duo infernal est venu au drap. Elle ressemblait beaucoup à celle rencontrée le 11 avril.

Noctuelle de la tomate (Helicoverpa armigera) : Elle est assez variable, de couleur beige à orangé. Une bande sombre traverse les ailes près du bord postérieur, au-dessus se trouve une taché réniforme elle-même située dans une zone plus claire. Sa chenille se nourrit sur diverses plantes herbacées comme la tomate, les œillets, le maïs… Elles consomment tout ou presque, feuilles, boutons, fleurs et fruits. Elles peuvent commettre d’importants dégâts.

Point blanc (Mythimna albipuncta) : Elle appartient au même genre que le duo de leucanies, mais est plus simple à identifier. Elle est de couleur assez uniforme, brun rougeâtre plus ou moins pâle, et possède un poin blanc bien visible sur les ailes antérieures. La chenille se nourrit de graminées et de plantes basses.

Écaille lièvre (Spilosoma lutea) : Une belle écaille, qui ne possède pas de couleurs vives sur les ailes postérieures mais est jaunâtre tacheté de noir. Les taches ont une position caractéristique. C’est un mâle, les femelles sont plus blanchâtres. La chenille se nourrit de beaucoup de plantes basses, d’arbres et d’arbustes.

Écaille tigrée (Spilosoma lubricipeda) : Une autre espèce d’écaille, toute blanche parsemée de petite taches noires assez nombreuses. Son abdomen est orange à taches noires. Les chenilles peuvent courir très rapidement et se nourrissent de nombreuses plantes basses.

Manteau jaune (Eilema sororcula) : Plus fine que les trois autres, cette écaille est toutefois plus colorée avec sa teinte jaune vif. Ses pattes et ses antennes sont sombres. Sa chenille se nourrit de lichen.

Patte-Etendue (Calliteara pudibunda) : Ce papillon de couleur grisâtre porte bien son nom. Au repos, elle se tient en effet la première paire de pattes, très poilue, largement en avant. Son thorax est également très poilu. Les chenilles sont très polyphages.

Écaille cramoisie (Phragmatobia fuliginosa) : Un peu plus discrète que la première fois, il y en avait quand même deux sur le drap. Inconfondable avec ses ailes sombres contrastant bien avec son abdomen rouge vif. La chenille se nourrit sur un grand nombre de plantes basses.

Cnephasia sp : Nous avons encore eu sur le drap une tordeuse du genre Cnephasia.

Louvette (Pharmacis lupulina) : La louvette est de couleur gris/brun avec une série de taches blanches obliques. Cette espèce pond ses œufs au hasard, en plein vol. Les chenilles se nourrissent des racines de nombreuses plantes basses et potagères.

Bombyx de la ronce (Macrothylacia rubi) : Deux femelles de ce papillon d’assez grande taille sont arrivées sur le drap. Elles ont volé sans arrêt et ne se sont pas fixées avant un long moment. Puis elles ont fini par pondre plusieurs grappes d’œufs, sur le drap mais également sur nos habits ! Dès qu’elles se fixaient sans bouger, elle se mettaient à pondre. Nous avons à chaque fois « décollé » les œufs de leur support (au contact de l’air, ils durcissent et se figent là ou ils ont été pondus) et les avons mis dans la haie en friche d’à côté, posés sur une feuille. Quand les femelles ont terminé leur ponte, elles se sont fixées sur le drap et sont restées immobiles jusqu’à la fin de la soirée. On peut voir le mâle de cette espèce de papillon voler de jour, alors que les femelles sont plutôt nocturnes. La chenille est polyphage et ses plantes hôtes sont très nombreuses.

Rhantus suturalis : Ces dytiques ont eux aussi été attirés par la lumière. Ils étaient surement à la recherche d’une nouvelle mare, ou quittaient la leur. Le dispositif est installé juste à côté d’un point d’eau. Ces coléoptères volent très bien. Ils sont carnivores et adorent les larves de moustique.

Chlaeniellus vestitus : Vu aussi la première fois, il est resté posé tout en haut du drap.

Hanneton commun (Melolontha melolontha) : Ce gros coléoptère peut parfois voler en masse la nuit. Il est de couleur brune et ses antennes sont terminées par un éventail de petites lamelles, qu’il peut déplier à sa guise. Il se nourrit de feuilles. La larve est un gros ver blanc qui vit sous terre et se nourrit de racines.

Rhagio tringarius : Nous avions déjà rencontré cette mouche l’année dernière, dans la même prairie, mais de jour. Je ne savais pas qu’elle pouvait venir à la lumière. On la trouve dans la végétation humide.

Cyclosa oculata : Cette toute petite araignée possède 4 tubercules à l’arrière de l’abdomen (le 4ème n’est pas bien visible). Sa toile est tissée près du sol, et elle se tient en son centre, pattes repliées, au milieu d’une ligne verticale faite de restes de proies. Elle est ainsi très difficile à repérer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s