Domaine des oiseaux 21 avril 2017

Petite sortie en fin de journée, qui démarre par de la macro. Il fait beau et chaud, idéal pour les insectes.

Le premier à attirer mon attention est cette petite libellule orange vif. C’est une femelle immature d’ischnure naine (Ischnura pumilio) ! Je ne la croise que très rarement, et au domaine des oiseaux, toujours au même endroit depuis des années. Elle est beaucoup moins fréquente et plus localisée que sa proche cousine l’ischnure élégante. On reconnait les femelles immatures à leur couleur orange, et qu’elles soient immatures ou non à l’absence de tache caudale (le dessus de l’abdomen est noi sur toute sa longueur). Pour les mâles, c’est la position de la tache caudale qui est déterminante. Chez l’ischnure élégante elle se situe sur le 8ème segment abdominal (le 3ème en partant de l’extrémité de m’abdomen) alors que chez l’ischnure naine c’est le segment 9 et la moitié du segment 8 qui est coloré de bleu ou vert.

Ensuite une très petite araignée, que l’on repère surtout grâce à sa toile. Elle se nomme Cyclosa oculata (elle ne possède pas de nom vernaculaire). On la reconnait d’espèces proches (en tout cas en France) grâce à ses 3 tubercules au bout de l’abdomen (4 en réalité, le dernier est dessous). L’autre espèce ne possède qu’un seul tubercule sur l’abdomen ce qui lui donne un aspect pointu. Les araignées de ce genre ont la particularité de garder leurs proies alignées verticalement  au centre de leur toile, et de se tenir au milieu de cette ligne. Elles se confondent ainsi avec les débris. C’est une aide précieuse pour les repérer car elles ne mesurent qu’entre 3 et 6 mm de long !

Les premiers taupins sont de sortie ! Les membres decette famille (Elateridae) sont un vrai casse tête à identifier. Mis à part celui-ci (et peut-être une poignée d’autres que je n’ai pas encore rencontré). L’adélocère des potagers (Agrypnus murinus) a une coloration particulière, et une assez grande taille. Celui-ci a escaladé ce brin d’herbe avant de s’envoler en découvrant son abdomen orangé.

Un petit papillon a attiré mon attention. Un cuivré fuligineux (Lycaena tityrus), mâle. Il n’y a pas trop de confusion possible pour lui (en tout cas pour les mâles). Le dessous de l’aile aide à confirmer son identité. Il a de joli reflets.

Un petit coléoptère reconnaissable à sa couleur vive, son corps ponctué et poilu et ses antennes courtes. Psilothrix viridicoerulea.

Puis une araignée très commune en début de saison, l’épeire de velours (Agalenatea redii). Elle est très variable en motifs et coloration, mais a une allure typique. C’est la première fois que j’en vois une aussi rousse.

Passons aux oiseaux maintenant. Voici une bergeronnette grise, on en voit pas mal en ce moment.

Puis dans la prairie une bergeronnette printanière. Elle est bien jaune, très colorée. C’est un mâle, il chantonne tout doucement pendant qu’il avance dans les hautes herbes, en picorant sur les plantes basses. Il attrape divers insectes, y compris les pucerons !

9 réflexions sur “Domaine des oiseaux 21 avril 2017

  1. Encore un très agréable article fort instructif.
    J’ai bien aimé découvrir, entre autres… le papillon cuivré fuligineux avec ses couleurs très subtiles et la bergeronnette printanière.
    Merci Jessica. 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s