Delta de l’Ebre 05 mai 2018

Premier jour d’un week-end à rallonge au delta de l’Ebre. Direction pour commencer la pointe de la Banya, où se situe une zone protégée qui accueille des colonies de sternes pierregarins, naines et caugek, goélands railleurs et d’Audouins, gravelots à collier interrompu, ainsi que des limicoles migrateurs comme les bécasseaux sanderlings, minutes, pluviers argentés, tournepierres à collier, chevaliers gambettes (pouvant aussi nicher ici)… Bref du beau monde ! La zone protégée est inaccessible (et c’est tant mieux pour les oiseaux), mais ils vadrouillent à proximité et il y a de belles opportunités d’observations et de photo.

Sur l’étroit banc de sable qui mène à la presqu’île, des goélands d’Audouins se promènent.

En arrivant, un cordage et un panneau indiquent la zone à ne pas franchir. Et le goéland leucophée veille à ce que tout soit bien respecté !

Arrivés au petit parking, un bécasseau sanderling solitaire cherche diverses bestioles dans le sable, proche d’un petit point d’eau.

Il se laisse photographier, même en sortant de la voiture. Pas trop farouche.

Bonne pêche pour lui !
Un gravelot à collier interrompu ne tarde pas à se joindre à lui.

Craquant de face !
Il trouve lui aussi de tout petits vers.

Dans un buisson tout proche, plusieurs pouillots fitis chassent les diptères.

Je guette les goélands railleurs. Je trouve cet oiseau superbe.

Gros coup de chance, l’un d’eux est venu se poser tout près.

Bon il n’est pas resté longtemps, mais lorsqu’il s’est envolé, il n’est pas parti de cul ! Ça a permis de faire un décollage potable.

Un tout petit bécasseau minute est venu près du point d’eau.
Passage en vol d’un chevalier gambette.
Puis d’une sterne pierregarin (lumière bof).
Rapide passage d’un chevalier guignette.

Au loin sur un poteau, un passereau se détache du paysage. C’est un rougequeue à front blanc.
En s’approchant doucement, il est possible de gagner un peu de proxi pour la photo, l’oiseau est assez cool.

De l’autre côté du chemin, les goélands d’Audouin sont bien installés.

Et gare à celui qui s’approche trop. Même depuis le chemin, les plus caractériels se montrent.

Quelques photos de la zone avant d’aller sur le banc de sable.
Les sternes caugek sont bien plus présentes de ce côté là. Elles font beaucoup de passages, certaines avec des poissons.

Elles sont installées sur un banc de sable non loin du bord.
Un jeune goéland railleur, au bec, pattes et œil clairs, passe.
D’autres pêchent plus loin, faisant du sur place au-dessus de l’eau avant de « plonger ».

Des attitudes que j’aime bien, le cou tendu.
Sur la plage, il y a aussi des tournepierres à collier. Plus compliqués à approcher par contre. Leur distance de sécurité est plus grande que celle des autres, en tout cas pour ces individus là.

Un petit oiseau blanc posé attire mon attention. C’est une sterne naine !

A peine plus loin, une autre sterne naine se pose avec un poisson. Une troisième tête sors de derrière les algues. Le trio s’envolera peu après.

Pause déjeuner sur le banc de sable. En bonne compagnie. C’est l’occasion de photographier des oiseaux bagués.
Celui-ci a été bagué le 19 juin 2015 alors qu’il était encore poussin, aux salines de Sant Antoni (les salines juste à côté de la pointe de la Banya).
D’autres ne sont pas bagués.

Celui là a été bagué le 25 juin 2015, poussin aussi, à la pointe de la Banya (punta de la Banya).
Un petit tour sur la plage côté mer permet de photographier d’autres bécasseaux sanderlings.

Changement de coin. Direction l’affût de Riet Vell.

Sur le parking, un gobemouche gris chasse les mouches.

En arrivant à l’affût, le comité d’accueil est très sympa. Les hirondelles rustiques nichent à l’intérieur. Ambiance sonore garantie !
Des sternes pierregarins et des mouettes rieuses nichent sur la zone. gare à ceux qui s’approchent, surtout si c’est une aigrette, un héron ou un rapace.

Un accouplement a lieu. Mais avant, le mâle est resté posé ainsi sur le dos de la femelle pas loin de 5 minutes !

Toujours très présentes ici, les talèves sultanes.

Le sol est un peu bourbeux…

Les chevaliers gambettes sont très nombreux aussi, et se poursuivent sans arrêt.
Il y a aussi quelques flamants roses sur la lagune.

Un bihoreau gris, très discret.

Vues depuis l’affût, toujours avec le temps gris.

Sur le chemin, cette fois, c’est un gobemouche noir qui chasse !

6 réflexions sur “Delta de l’Ebre 05 mai 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s