Domaine des oiseaux 25-27 janvier 2019

Compte-rendu des rencontres du week-end dernier.

Première courte session dans le jardin. Tout d’abord ce diptère, que j’avais déjà croisé pas mal de fois. Il appartient à la famille des Sciaridae. Ces mouches sont pour la plupart très compliquées à identifier jusqu’au genre. Celle-ci en fait partie. Leurs larves sont de fins vers et se nourrissent selon les espèces d’humus, de bois pourri, de champignons, de racines…

Ensuite, une série de Dicyrtomina ornata. On peut apprécier ici la variabilité de l’espèce. La tache sur l’arrière de l’abdomen, rectangulaire ou en antenne à barres de même longueur, aide à la reconnaitre, bien qu’elle puisse être incomplète chez les jeunes.

Le lendemain, au domaine des oiseaux, dans le petit bois.
En soulevant des feuilles mortes, je tombe sur ce petit Curculionidae. Il appartient à l’espèce Brachysomus hirtus. Il mesure 3mm et a une drôle d’allure avec ses soies dressées sur les élytres. On le reconnait de l’autre espèce du genre, Brachysomus echinatus, grâce à ses squamules bifides (mieux visibles sur la photo de Christophe, faite au mpe-65). Nous avons vu deux individus.

Pendant que nous étions sur ces coléoptères, j’ai repéré quelque chose qui courait sur le sac photo. C’est un psoque, Graphopsocus cruciatus. Facilement reconnaissable avec ces couleurs, notamment les ailes tachetées. Il a aussi un joli bandeau brun sur les yeux, et un gros nez !

Mais sous les feuilles, il y a aussi des collemboles bien sûr !

Celle-ci appartient au genre Isotomurus, pour l’espèce, c’est un peu plus compliqué (voir la fiche correspondante).

Il y en a de petites qui sautent assez rapidement lorsque leur support est retourné.

Elles sont toutes vertes, ce sont des Sminthurus viridis.

Celle-ci appartient à la même espèce. C’est une sous-espèce nommée cinereoviridis.

Une autre rondouillette, toujours sous les feuilles au même endroit, Allacma fusca.

Un peu plus loin, toujours dans les feuilles mortes mais au bord d’un ruisseau, d’autres collemboles d’aspect différent des précédents. Kalaphorura burmeisteri, reconnaissable à son allure, sa couleur, et au deux épines anales sur le dernier segment abdominal.

Sous les feuilles, cette punaise. De la famille des Nabidae, la Punaise myrmécomorphe (Himacerus mirmicoides). Elle porte ce nom car sa larve ressemble à s’y méprendre à une fourmi. C’est une prédatrice qui se nourrit d’autres insectes.

Un diptère s’est posé sur des racines pendant que je photographiais la punaise. J’avoue avoir un petit faible pour les mouches de ce type, donc je l’ai de suite photographiée. Elle appartient à la famille des Heleomyzidae, genre Gymnomus.

En marchant sur le chemin, je m’arrête pour soulever une feuille (encore). Et là, se trouve une petite Geocoris megacephalus. Petite punaise prédatrice de pucerons, d’acariens, de psylles… Sa tête très élargie est assez particulière.

Encore un hétéroptère, mais pas sous les feuilles cette fois-ci. Posée dans la végétation, Zicrona caerulea. Elle a une couleur vert métallique superbe. malheureusement, la première photo faite au flash ne rend pas bien sa véritable couleur. Le temps de changer mes réglages, elle s’est laissée tomber au sol et je ne l’ai pas retrouvée. Elle aussi est prédatrice, de chenilles, larves de chrysomèles, mais peut aussi se nourrir de sève.
Dans le sous bois, sous une vieille écorce au sol, un cloporte. C’est un Philoscia affinis.

Il commence à faire très sombre, dernière recherche sous des cailloux au bord de l’Hers. Je pensais y trouver des carabes, mais une petite tache noire remuante a attiré mon attention. J’ai eu le temps de faire 3 images avant qu’elle ne se catapulte au loin. Il s’agit d’un collembole, Sminthurinus aureus forme ochropus. Très petit, un demi millimètre.
Pour terminer la journée, un diptère de la famille des Chloropidae, genre Elachiptera.
Le lendemain, on tente quand même quelques oiseaux à la mangeoire.
Quelques Pinsons des arbres (Fringilla coelebs), assez timides.

Les Verdiers d’Europe (Chloris chloris) étaient nombreux et arrivaient en masse à la mangeoire, tout en se disputant bien sûr.

Apparition d’un Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla).

Mésange bleue (Cyanistes caeruleus).

Une Grive musicienne (Turdus philomelos) et derrière elle un Merle noir femelle (Turdus merula), qui ne s’approcheront pas.
Accenteur mouchet (Prunella modularis) qui reste surtout dans les fourrés mais est venu se percher sur la branche quelques secondes.

4 réflexions sur “Domaine des oiseaux 25-27 janvier 2019

    • Bonjour Christine,
      Merci pour votre petit mot. Oui c’est un monde très riche et aussi très surprenant ! Il est en effet facile de ne rien voir, mais en cherchant un peu et en observant avec attention on peut faire de superbes découvertes 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s