Argiope frelon (Argiope bruennichi)

Argiope bruennichiIdentification : L’Argiope frelon, Argiope rayée, Argiope fasciée ou Épeire fasciée (Argiope bruennichi) a un céphalothorax velu d’aspect gris clair luisant. Les pattes sont gris brun, annelées de noir.
L’abdomen de la femelle est blanc ou jaune et traversé par des bandes sinueuses jaunes et noires.
Les mâles, plus petits, on un abdomen de forme cylindrique avec deux bandes longitudinales à bords irréguliers sur fond jaune brunâtre.

Taille : Mâle de 4 à 6mm, femelle de 11 à 20mm.

Habitat : Elle fréquente les milieux ouverts, secs ou humides, les hautes herbes, les lisières des prés, des clairières, les buissons, les friches, les roselières et toute zone à végétation basse possédant un fort ensoleillement.

Répartition géographique : Elle est largement répandue en Europe, surtout dans le midi.

Période d’observation : De juillet à octobre.

Comportement : Lorsqu’elle est dérangée, elle se balance et fait vibrer sa toile d’avant en arrière de sorte que le dessin zébré de son corps rendu flou par la vitesse se confonde avec les stries du stabilimentum.

Toile : Elle tisse une grande toile orbiculaire avec un stabilimentum en zigzag et se tient généralement au centre. La toile est placée près du sol, entre des graminées et des plantes un peu plus élevées que le reste de la végétation.

Reproduction : La période d’accouplement se situe en juillet-août. La femelle adopte une attitude passive envers le mâle qu peut facilement la féconder. Avant la fin de l’acte, la femelle sors de sa léthargie et peut dévorer le mâle.

Cocon : A la fin de l’été, elle construit un cocon sphérique. Pour ce faire, elle quitte sa toile et tisse à proximité un amas lâche de fils de soie autour de quelques tiges d’herbe. Elle y suspend un disque de soie blanche qui deviendra le sommet du cocon. A l’aide de boucles lâches d’un fil brun, elle tisse en dessous le réceptacle cylindrique qui supportera la ponte. Puis une sorte de grosse goutte liquide jaune est émise par l’orifice génital de la femelle. Elle contient près d’une 100aine d’œufs. L’araignée presse à plusieurs reprises la grappe d’œufs contre le réceptacle où la ponte reste finalement collée. Elle recouvre ensuite les œufs d’un fin revêtement de soie blanche et lisse, puis de nouveau d’une épaisse couche de fils bruns bouclés. Le volume du cocon augmente alors très rapidement. Dès qu’il a atteint la taille requise, l’araignée émet de nouveau une soie blanche et tisse la paroi externe du cocon qui devient parfaitement sphérique. Enfin, elle fixe des bandes verticales de soie sombre aux parois et arrime le nid de quelques fils supplémentaires à la végétation environnante. La construction du cocon dure environ 4 heures, plus longtemps s’il fait froid.

Jeunes : Ils éclosent dans le cocon en automne et passent l’hiver dans le cocon.

Espèces semblables :
Argiope trifasciata lui ressemble mais ses fémurs sont annelés également et ses bandes abdominales plus rectilignes. On ne la trouve pas en France, mais elle est présente en péninsule Ibérique.

Sources :
Guide des araignées de France et d’Europe, Les guides du naturaliste.
Guide photo des araignées et arachnides d’Europe, Guide Delachaux.
http://toutunmondedansmonjardin.perso.neuf.fr/FR/accueil.htm

2015

2014

2012-2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s