Thomise variable (Misumena vatia)

Thomise variableIdentification : La Thomise variable (Misumena vatia) mâle a le céphalothorax en majeure partie brun-noir à zone médiane plus claire. L’abdomen est marqué de 2 bandes longitudinales foncées. Les 2 paires de pattes antérieures sont noires à anneaux brun clair, les 2 postérieures jaunâtre uni.
La femelle a une coloration et des motifs variés. La couleur générale est jaune citron, jaune verdâtre, blanche ou tous les tons intermédiaires. L’abdomen est souvent marqué de 2 lignes longitudinales gris verdâtre (qui peuvent aussi être visibles sur le céphalothorax) ou 2 lignes latérales rouge dont les dimensions varient d’un individu à l’autre.

Taille : De 3 à 5mm pour le mâle, 7 à 11mm pour la femelle.

Habitat : On la trouve surtout dans les milieux ensoleillés et secs, tels que les pelouses, les prairies ou les zones rudérales mais aussi dans les prairies humides et les jardins, sur les fleurs, notamment les corolles blanches et jaunes.

Répartition géographique : Elle est présente dans toute l’Europe et partout en France.

Période d’observation : De mai à juillet voire août.

Comportement : Elle se poste à l’affût sur des fleurs, qui surplombent en général la végétation environnante, parfois aussi sur des feuilles. Sa livrée correspond généralement parfaitement à la couleur du support sur lequel elle se tient. Les femelles adultes sont capables de modifier leur couleur de base en fonction de leur environnement. Cette transformation n’est pas immédiate, elle peut prendre plusieurs jours. La couleur jaune est liée au transfert d’un colorant jaune liquide des couches internes des téguments vers les couches superficielles. Pour obtenir une couleur blanche, le pigment est à nouveau transféré vers l’intérieur du corps, de sorte que les glandes chromatiques remplies de guanine (une protéine métabolique) redeviennent visibles. Si l’araignée reste longtemps sur un support blanc, le colorant jaune est excrété par les selles. Cela explique les difficultés qu’ont les araignées à redevenir jaunes quand elles ont pris une livrée immaculée. Le changement de coloration est provoqué par la vue. Elle se tient à l’affût ses 2 pattes antérieures positionnées sur les côtés. Dès qu’un insecte pollinisateur s’approche de la fleur, l’araignée l’agrippe en un éclair et l’envenime aussitôt.

Reproduction : L’accouplement intervient au début de l’été. Le mâle minuscule par rapport à sa partenaire s’approche et grimpe par le devant sur son dos. de là, il bascule sous la femelle et se retrouve ventre à ventre avec elle. Il insère alors alternativement ses pièces copulatrices dans l’épigyne. Il remonte ensuite sur son dos et entreprend une longue pause. D’autres accouplements suivent, puis le mâle s’éloigne sans être attaqué par la femelle.

Jeunes : Ils atteignent 4-5mm avant l’hivernage et se cachent au sol durant la mauvaise saison.

Espèces semblables :
Bien que variable, se reconnaît par élimination des autres espèces pouvant lui ressembler (bandes sur le céphalothorax éliminant Ebrechtella et Diaea), abdomen arrondi (éliminant Runcinia, ce dernier genre ayant des dessins abdominaux généralement différents et un abdomen allongé ainsi qu’une ligne claire traversant la région des yeux), absence de tubercules abdominaux (éliminant Thomisus et Pistius), les Xysticus ont un abdomen souvent ridé et à dessins différents et sont généralement plutôt marrons.

Sources :
Guide photo des araignées et arachnides d’Europe, Guide Delachaux.
Guide des araignées de France et d’Europe, Les guides du naturaliste

2015

2012-2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s