Cloporte commun (Armadillidium vulgare)

Ordre : Isopoda
Sous-ordre : Oniscidea
Infra-ordre : Ligiamorpha
Super famille : Armadilloidea
Famille : Armadillidiidae 
Sous-famille : 
Tribu 
Genre : Armadillidium
Espèce : Armadillidium vulgare

Identification : Le Cloporte commun (Armadillidium vulgare) se reconnait à ses uropodes larges, plus courts que le telson et aplatis. Le telson est de forme trapézoïdale et à extrémité large. Le flagelle antennaire est composé de 2 articles, l’œil composé de plusieurs omatidies. La lame frontale est basse et appliquée contre le vertex. Le tégument est lisse, le 1er péréionite légèrement et régulièrement sinué sur son bord postérieur. Il possède deux paires de pseudotrachées. Il est capable de se rouler en une boule parfaite.
Le mâle est gris foncé uniforme.
La femelle et les jeunes sont de teinte plus claire et plus marbrée.
Ces cloportes sont envahis par des bactéries du genre Wolbachia qui transforment les mâles en femelles capables de se reproduire avec d’autres mâles. Ces nouvelles femelles donneront des mâles contaminés, qui finiront donc par devenir femelles.

Taille : 15 à 18 mm.

Habitat : Sous les feuilles, les pierres, le bois, la mousse, en forêt comme en prairie. Il est très commun.

Répartition géographique : Commun dans toute la France excepté en altitude.

Oeufs : Ils se développent dans une poche que la femelle possède sous son corps.

Régime : Matière en décomposition, lichen, végétaux…

Espèces semblables :
Ce genre n’est pas forcément évident à identifier. Lorsque l’on a pas l’habitude, mieux vaut faire confirmer l’espèce. Je me suis ici servie de la clé des cloportes du nord ouest de la France, mais ne connait pas bien toutes les espèces du sud. Je fais donc pour le moment confirmer mes identifications. D’après cette clé :
Armadillum album ne peut pas se rouler en boule parfaite, le bord distal du telson est très large, il est de couleur généralement blanchâtre.
Les autres espèces du genre ont soit : une lame frontale saillante au-dessus du vertex (nasatum, depressum, granulatum), les côtés du dernier péréionite maculés de taches sombres et une couleur générale plus vive et contrastée (pictum et pulchellum).
Le genre Eluma a l’oeil formé d’une seule omatidie et possède un telson court et triangulaire.

Sources :
https://www.insecte.org/
http://www.gretia.org/phocadownload/cahiers_gretia/IA02/Cle_Cloportes_11_oct_N_B_PDF1.3-1.pdf
http://aesgsf.free.fr/V5/index-en.html
https://www.quelestcetanimal.com/

2019