COLÉOPTÈRES (scarabées, coccinelles…)

Généralités et morphologie

L’ordre des coléoptères est l’ordre d’insectes qui comprend le plus grand nombre d’espèces. Ils sont caractérisés par un exosquelette particulièrement dur. Cette structure constitue également la première paire d’ailes (élytres).

La tête porte des yeux composés très variables avec parfois des ocelles. Les antennes sont les organes principaux pour l’odorat. Elles peuvent également servir d’organes tactiles et peuvent avoir plusieurs formes. Les pièces buccales sont de types broyeuses. On retrouve les mandibules, qui apparaissent comme de grandes pinces sur le devant de la tête, puis les maxillaires et les palpes labiaux, des appendices en forme de doigts qui se trouvent autour de la bouche.

Le prothorax ou corselet, doué d’une mobilité souvent assez grande, enchâsse la tête, qui parfois se prolonge en un cou, et porte la première paire de pattes. Vient ensuite le mésothorax, portant les élytres et la seconde paire de pattes, puis le métathorax, avec les ailes et les pattes de la dernière paire. Un écusson existe, la plupart du temps, à l’insertion des élytres avec le prothorax.

Les pattes sont composées de plusieurs segments : coxa, trochanter, fémur, tibia et tarse. Ce dernier est segmenté et porte des griffes à son extrémité. Elles servent principalement pour la locomotion et peuvent être de différentes formes. Chez les familles de coléoptères aquatiques, la dernière paire de pattes porte une rangée de longs poils et est adaptée pour la nage. Chez d’autres, elles sont élargies et épineuses du type fouisseuses pour les aider à creuser. D’autres encore possèdent des fémurs plus larges et peuvent réaliser des bonds assez impressionnants.

Les ailes antérieures, appelées élytres sont épaisses et opaques. Les élytres ne sont pas utilisés lors du vol. Au repos, ils couvrent et protègent les ailes postérieures, qui sont membraneuses et plus fragiles. Chez certains coléoptères, la capacité de voler à été perdu.

L’abdomen est composé d’une série d’anneaux. Ces segments possèdent une série de petits trous, appelés stigmates, qui permettent à l’insecte de respirer. Les deux principaux types sont les tergites (sur la face dorsale) et les sclérites (sur la face ventrale). Ces deux plaques sont articulées latéralement.

On les rencontre un peu partout, sauf dans la mer.

Pendant la période de reproduction, la communication se réalise principalement par la sécrétion de phéromones. Les phéromones sont propres à chaque espèce et elles sont constituées de différentes molécules chimiques. Une autre technique de communication est l’utilisation de la bioluminescence. Le mâle et la femelle peuvent faire une parade nuptiale en stridulant ou en faisant des vibrations. Beaucoup de mâles affichent des comportements territoriaux et agressifs. Chez certaines espèces, les mâles possèdent des cornes et des protubérances sur leur tête ou leur thorax servant à se battre contre d’autres mâles.

La plupart des coléoptères réalisent une métamorphose complète. En général, le développement se réalise en quatre étapes : l’œuf, la larve, la nymphe et l’imago ou adulte.
Les larves de coléoptères peuvent être identifiées par leur tête sclérifiée. Leur thorax est difficilement distinguable de leur abdomen. Pour compléter leur développement, les larves de coléoptères passent par plusieurs mues.
A la fin du stade larvaire, la larve se transforme en nymphe. À partir de cette nouvelle forme, il en émergera un adulte entièrement formé. La nymphe ressemble à l’adulte, est généralement de couleur pâle, avec les pattes et les antennes recroquevillées sur son corps. Elle est restreinte en mouvement, souvent immobile et n’a pas de mandibule. C’est donc un stade très sensible pour la prédation.

Les coléoptères peuvent être omnivores, carnivores, phytophages, xylophages, coprophages ou nécrophages.

Classification et liste des espèces

Les coléoptères sont divisés en 4 sous-ordres : les Polyphages (Polyphaga), les Adephages (Adephaga), les Archostemates (Archostemata) et les Myxophages (Myxophaga).

I/Les Polyphages (Polyphaga) n’ont pas d’oblongum ni de suture notopleurale visible.

1/Les Longicornes ou Capricornes (Cerambycidae) ont un corps long à bords parallèles, ils sont souvent de grande taille et ont de très longues antennes qui atteignent au moins les 2/3 de la longueur du corps et jusqu’à 4 fois celle-ci. Leur coloration varie du brun aux dessins contrastés à base de noir, jaune ou orange ; certaines espèces sont bleuâtres ou violettes. Les yeux sont incisés, voire complètement divisés, et les antennes s’insèrent généralement sur un renflement. Ils mesurent de 3 à 45mm.

Les adultes ne s’alimentent pas en général, mais consomment parfois du pollen, du nectar, des feuilles ou du bois.

On les trouve dans divers habitats souvent sur les fleurs.

Les larves sont longues et cylindriques, avec des pattes petites ou absentes. Elles utilisent leurs puissantes mâchoires pour rogner le bois, forant ainsi des galeries.
On les trouve donc dans les feuillus et les résineux (il arrive qu’une larve se développe discrètement dans des meubles, et qu’un adulte en sorte après).

2/Les Chrysomèles (Chrysomelidae) sont de taille moyenne, globuleux, hémisphériques, et rarement allongés. Leur couleur est souvent vive ou métallique avec une dominante de vert, rouge, doré ou noir avec des téguments glabres. La tête est courte et engagée jusqu’aux yeux dans le prothorax non saillant. Les yeux sont bien développés et souvent échancrés. Les antennes sont insérées en avant des yeux et ne dépassent pas la moitié de la longueur du corps. Les ailes sont bien développées. Les pattes sont courtes et parfois saltatoires. Certains ressemblent à des coccinelles mais le tarse des pattes a 4 segments au lieu de 3. Cette famille a la particularité d’utiliser ses propres déjections pour se protéger. Ils mesurent de 2 à 20mm.

Les larves sont éruciformes et variables (globuleuses, allongées, souvent renflées). Elles se cachent sous leurs excréments, fabriquent un fourreau avec ou les portent sur leur dos. La nymphose a lieu dans la terre ou sur les tissus végétaux où les larves se sont développées.

Ils ont un régime phytophage.

3/Les Clérides (Cleridae) ont un corps généralement allongés avec des couleurs vives (bleu, vert, rouge, brun ou noir discret). La tête est grosse, le corps est velu avec une pubescence dressée. Les antennes possèdent 11 articles avec une massue antennaire bien marquée. Le pronotum est étranglé à la base. Les hanches antérieures sont coniques ou cylindriques, presque contiguës. Les 2ème, 3ème et 4ème articles des tarses sont en forme de cœur. Ils mesurent de 4 à 16mm.

Les larves sont cylindriques et grêles, elles sont parfois vivement colorées et velues.

Elles sont charognardes, et beaucoup s’attaquent aux larves des buprestes, longicornes et autres xylophages. Les adultes sont prédateurs pour la plupart, mais certains se nourrissent de pollen.

On les rencontre surtout sur le feuillage des arbres et des plantes ligneuses, parfois sur les charognes ou dans les matières animales entreposées.

4/Les Malachies (Malachiidae) ou Mélyrides (Melyridae) ont un corps étroit et allongé, mou et aplati, et ils peuvent être assez velus. Ils ont souvent des couleurs vives (vert ou rouge) ou à reflets métalliques. Leur tête est courte et large, avec des yeux bien visibles. Les antennes sont grêles le plus souvent serrulées et possèdent moins de 11 articles. S’ils sont dérangés ou effrayés, ils exhibent des renflements écarlates sur les côtés de l’abdomen et du thorax. Ils mesurent de 2 à 8mm.

Les larves sont longues et grêles et peuvent être aussi aplaties ou plus larges au milieu.

Elles sont prédatrices et chassent les larves de xylophages. Les adultes sont prédateurs et butineurs de pollen.

On les rencontre dans les bois, les prairies et les haies.

5/Les Coccinelles (Coccinellidae) ont un corps ovale ou rond, parfois presque hémisphérique. Le pronotum protège souvent la tête dirigée de haut en bas et forme un bouclier. Les antennes de 3 à 6 articles sont rétractées au repos et possèdent une massue progressive peu marquée (monoliformes). Les pattes sont courtes et peuvent être logées dans des sillons situés à la face inférieure. Les tarses ont le 2e article dilaté cordiforme, le 3e article très petit à peine visible et le 4e article allongé avec des griffes bifides. Elles ont des saignées réflexes et du liquide toxique produit aux articulations (humeur jaune) éloignant les prédateurs. Elles ont des couleurs vives qui avertissent les prédateurs qu’elles sont toxiques ou ont mauvais goût. Elles mesurent de 1 à 10mm.

Les larves sont de forme allongée, très mobiles devenant souvent arrondies après la 3e mue. Ces larves sont souvent ornées de tubercules dorsaux ou d’épines cuticulaires ramifiées. En plus de leur caractère verruqueux et épineux, la couleur est souvent foncée (grise, violacée, blanchâtre, noirâtre mais jamais vive) avec des points rouges ou blancs. Certaines soies qui se brisent rejettent un liquide repoussant. Les nymphes sont fixées par l’anus, de même forme que les larves mais plus arrondies, avec une enveloppe larvaire latérale et une zone dorsale dénudée. Les épines subsistent. L’évolution est rapide : 1 génération en 25-30 jours.

Les imagos hibernent dans des microclimats protégés (lieux de rassemblement qui sont les mêmes chaque année) : sous l’écorce d’arbres, sous des touffes d’herbes, dans des abris installés sur les poteaux électriques…

Les adultes et les larves sont carnivores pour la plupart, certaines sont mycophages et d’autres phytophages.

On les trouve partout où se trouve leur nourriture.

6/Les Oedémérides (Oedemeridae) ont un corps mou, allongé et à bords parallèles, des antennes longues et filiformes et des couleurs métalliques. La tête est petite, allongée en forme de museau et presque aussi large que le pronotum qui est élargi à l’avant. La marge oculaire a une petite encoche. Les élytres sont pointus et plus ou moins écartés et les mâles ont souvent les fémurs postérieurs renflés. Ils mesurent de 5 à 14mm.

Les larves se développent dans les tiges de plantes et les souches de feuillus et de conifères.

Ces dernières se nourrissent de bois et de champignons, et les adultes de nectar ou de végétaux.

On les trouve dans les prairies et les prés fleuris.

7/Les Cantharides (Cantharidae) ont un corps allongé, mou, à bords presque parallèle. La tête, assez courte et quadrangulaire, est bien dégagée du prothorax et possède des mandibules acérées et incurvées. Les antennes sont longues. Chez certaines espèces, les élytres sont courts et n’atteignent pas l’extrémité du corps. Elles mesurent de 3 à 20mm.

Les larves ont un corps plat et possèdent un fin duvet.

Elles sont carnassières sur ou sous la terre, les adultes sont floricoles et carnassiers.

On les rencontre sur les fleurs et diverses plantes dans les prairies, les lisières et les haies.

8/Les Lucanidés (Lucanidae) sont des insectes robustes, souvent de grande taille, noirs ou marrons avec des élytres lisses et brillants avec de légères stries. Il existe des espèces plus petites où à reflets bleutés. Les antennes sont coudées ou fléchies et terminées en massue de 3, 4 ou 5 articles aplatis et dilatés. Les mâles sont souvent plus grands avec des mandibules plus grandes et dentées, parfois énormes. Les femelles sont de moindre taille et ses mandibules sont plus petites. Ils sont attirés par les lumières nocturnes et peuvent s’éloigner des bois où ils vivent. Ils mesurent de 14 à 64mm.

Les larves sont en forme de « C », ont de fortes pattes thoraciques. Elles vivent dans les troncs en décomposition et les souches. Leur développement peut prendre des années.

Les adultes se nourrissent de la sève des arbres sur les troncs. Les larves sont saproxylophages (bois pourri) dans les souches et bois mort d’arbres à feuilles caduques.

Ils vivent dans le forêts de feuillus, là où il y a des arbres matures et des souches pourrissantes.

9/Les Scarabées (Scarabaeidae) ont des formes, des tailles et des couleurs très variables d’une espèce à l’autre. Les antennes lamellées de 8 ou 10 articles avec une massue à feuillets mobiles s’ouvrant comme un éventail. La tête et le thorax portent souvent des ornements cuticulaires nombreux avec souvent un dimorphisme sexuel. Ils mesurent de 2 à 150mm.

La plupart des larves sont blanches, courbées en « C », molles, avec des pattes bien développées à ongles puissants (=mélolonthoïdes), une tête robuste sclérifiée, et le dernier segment dilaté renfermant la poche rectale translucide où s’accumulent les aliments.

Elles se nourrissent d’excréments, de bois pourri, de racines, de matières en décomposition ou de champignons. Les adultes consomment du nectar.

On les trouve dans une énorme variété de biotopes (bois vermoulu, excréments, fleurs, plantes, écorces, nids de mammifères ou d’insectes sociaux…).

10/ Charançons (Curculionidae) possèdent un museau plus ou moins allongé portant des antennes souvent coudées et en massue au milieu et de petites pièces buccales à son extrémité. Il peut être court et large ou grêle et aussi long que le corps. Le corps est de forme variable (arrondi, ovalaire, étroitement allongé, massif, subsphérique…) et parsemée de spicules, épines, squamules et parfois de pruinosité. La coloration peut être très vive ou terne. Ils mesurent de 2 à 24mm.

Les larves sont éruciformes (en forme de chenille) apodes, presque cylindriques, souvent recourbées avec des téguments blancs et mous; seule la tête est sclérifiée. La nymphose a lieu en terre ou sur le végétal.

Elles se nourrissent de bois, de champignons et de végétaux. Les adultes se nourrissent de champignons et de végétaux. Cette famille peut causer des dégâts aux plantes.

On les trouve dans tous les habitats terrestres et associés à presque toutes les espèces de plantes.

11/Les Cardinaux (Pyrochroidae) sont assez aplatis et mous, avec une tête qui s’amincit vers l’arrière formant un cou épais en avant du pronotum. Les antennes sont grêles et denticulées ou ramifiées. Les élytres sont nettement élargis à l’arrière. Ils mesurent de 6 à 18mm.

Les larves sont aplaties et vivent sous les écorces.

Elles se nourrissent de petits insectes, de charognes et de champignons. Les adultes se nourrissent d’insectes et de végétaux.

On les trouve dans les forêts de feuillus.Il existe 3 espèces en Europe.

12/Les Taupins (Elateridae) ont la particularité de bondir pour retomber sur leur pattes lorsqu’on les pose sur le dos. Leur corps étroit et allongé est souvent brunâtre ou noir. Les antennes sont assez longues et grêles, parfois denticulées. Les angles postérieurs du pronotum sont pointus et s’étirent souvent vers l’arrière. Ils mesurent de 2 à 30mm.

Les larves sont nommées vers fil de fer et ont un corps coriace, grêle, allongé et cylindrique.

Elles sont charognardes, herbivores et prédatrices. Les adultes sont herbivores.

On les trouve sur les feuilles, sous les écorces, dans la litière ou le bois pourri. On peux aussi trouver les larves dans le sol.

13/Les Silphes et Nécrophores (Silphidae) ont un corps mou et peu aplati, noir ou brun, avec souvent des marques jaunes, rouges ou oranges. La tête, bien plus étroite que le thorax, porte des yeux ronds un peu saillants, des mandibules incurvées et des mandibules courtes en massue. Les pattes sont en général robustes et épineuses. Les nécrophores ont un excellent odorat pour repérer les cadavres. Deux adultes sont assez puissants pour déplacer un animal aussi gros qu’un rat.

Les larves sont longues et plates, avec une petite tête et un grand pronotum.

Chez certaines espèces, ces dernières sont nourries de charognes régurgitées par les parents. Elles et les adultes sont nécrophages, prédateurs ou herbivores.

On les trouve au sol, près des cadavres, sous les excréments et dans les champignons pourris des bois humides.

14/Les Dasytidae étaient autrefois classés dans la famille des Melyridae.

15/Les Staphylins (Staphylinidae) sont généralement petits, lisses, avec un corps allongé à bords parallèles, noir ou brun. Certains peuvent toutefois avoir des couleurs vives, une surface sculptée ou un duvet corporel dense. La tête, carrée, porte de longues mandibules acérées qui se croisent, et des antennes courtes et filiformes. Les élytres sont si courts que 5 à 6 segments abdominaux sont découverts.Les ailes, membraneuses, sont repliées sous les élytres au repos. L’abdomen souple peut être redressé en posture défensive.

16/Les Buprestides (Buprestidae) ont un corps coriace, fuselé et aminci à l’arrière. La tête, inclinée vers le bas, porte de gros yeux et de petites antennes grêles ou légèrement dentées. Beaucoup d’espèces sont brillamment colorées de vert, de bleu ou de rouge métallique, avec des dessins à base de stries, de raies et de macules, bien que quelques uns soient bruns ou noirs. Ils volent rapidement par temps ensoleillé. Ils ressemblent beaucoup aux taupins mais ne peuvent pas sauter.

17/Les Ténébrionidés (Tenebrionidae) sont généralement très sombres. Leur forme est assez variable, petits ou gros, avec un corps à bords parallèles ou ovale, lisses et luisantes ou ternes et rugueux. Les antennes de 11 articles peuvent être assez longues et grêles, ou courtes et en massue. Chez beaucoup d’espèces, les ailes membraneuses sont réduites.

On les trouve dans presque tous les habitats terrestres, y compris les zones très arides.

Les larves sont allongées, cylindriques et souvent très coriaces, avec des pattes courtes. On en élève certaines pour nourrir les oiseaux et les reptiles.

 

18/Les Hydrophiles (Hydrophilidae) sont des insectes d’eau qui transportent de l’air sous leurs élytres et à la surface de leur corps. De forme ovale, ils sont noirs, bruns ou jaunâtres. Le dessus du corps est convexe et lisse, le dessous est plat et recouvert de soies veloutées qui semblent argentées sous l’eau. Les antennes, terminées en massue, sont plus courtes que les palpes maxillaires (pièces buccales sensorielles). Ils mesurent de 4 à 48mm.

Ils vivent en eau douce, dans les excréments, sur le sol et dans la végétation décomposée.

Les larves respirent en surface ou avec des branchies, elles peuvent avoir des verrues ou des soies sur le dos.

Les larves sont prédatrices, les adultes sont surtout charognards, mais parfois prédateurs.

19/Les Drilidae sont proche des Lampyridae.

20/Les Attélabes (Attelabidae) sont très proches des charancons, de forme ovale à modérément allongée, souvent de couleur rouge vif et noire. La tête est parfois resserrée à l’arrière et forme un cou. Le rostre peut être court et large, ou bien long et étroit. Les antennes non coudées se terminent par une massue de 3 articles. Ils mesurent de 3 à 7mm.

Les larves sont en forme d’asticot et rongent les feuilles enroulées par la femelle.

Les larves et les adultes se nourrissent de végétaux.

On les rencontre dans les buissons, les haies et les bois, notamment dans les taillis.

21/Les Méloés (Meloidae) ont un corps mou et coriace. La tête est large, grossièrement triangulaire et inclinée vers le bas. La pronotum est plus étroit que l’arrière de la tête. Les espèces vivant au sol ont parfois des élytres très courts, qui dévoilent une grande partie de l’abdomen renflé. Les adultes sont généralement phytophages. Ils mesurent entre 5 et 35mm.

Les larves sont prédatrices, elles recherchent les œufs d’orthoptères et d’abeilles qu’elles dévorent.

On les trouve dans le feuillage et les fleurs de diverses plantes, ou sur le sol en terrain herbus secs.

22/Les Anthribidae

23/Les Apionidae sont de petits charançons au corps en forme de poire. Leur rostre est long, fin et incurvé. Les antennes non coudées se terminent par une massue de 3 articles. Ils mesurent de 2 à 5mm.

Les larves vivent dans les tiges, les gousses…

Larves et adultes sont phytophages.

On les rencontre dans une grande variété d’habitats, des friches aux lisières et des rivages aux jardins.

24/Les Omalisidae

25/Les Histeridae

26/Les Dermestidae sont de petits coléoptères détritiphages.

II/Les Adephages (Adephaga) ont un oblongum (cellule médiane fermée) et une suture notopleurale visible.

1/Les Carabes (Carabidae) sont de forme élancée, longs en général, un peu aplatis et à bords parallèles. La tête est bien dégagée, prognathe avec de puissantes mandibules. Les antennes sont longues et noueuses, insérées latéralement sous les rebords du clypéus. Les élytres sont ovalaires souvent striés avec des reflets métalliques, côtelés ou avec des dessins en relief de coloration variable : brun pourpre, doré, noir, mordoré, rutilant ou terne, parfois vert, rouge ou noir avec des dessins jaunes ou verts. Les ailes sont souvent atrophiées sous les élytres. Ils courent le plus souvent sur le sol et ont de longues pattes. Ils ont deux moyens de défense principaux: la régurgitation des sucs digestifs et/ou la sécrétion des glandes anales. Ils mesurent de 2 à 80mm.

Les larves sont noires ou brun foncé, avec un long corps aminci aux extrémités. Elles utilisent des enzymes pour digérer leurs proies, suçant ensuite le liquide obtenu.

Les larves et les adultes sont prédateurs, charognards et parfois en partie herbivores.

On les trouve sur le sol dans une grand variété d’habitats, sous les souches et les pierres, dans la litière et les détritus.

2/Les Dytiques (Dysticidae) sont des coléoptères aquatiques et carnassiers. Ils affectionnent les eaux stagnantes bien végétalisées. ce sont de très bons nageurs. Ils se constituent une réserve d’air sous les élytres, et les stigmates respiratoires y puisent l’oxygène directement. Ils rechargent cet air par l’extrémité de leu abdomen.

III/Les Archostemates (Archostemata) comprend 40 espèces actuelles, très archaïques.

IV/Les Myxophages (Myxophaga) sont des coléoptères de très petite taille.

Sources :

http://www.cosmovisions.com/index.html
http://www.insectalia.com/
http://aramel.free.fr/INSECTES2.shtml
http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_principal
http://www.entomology.be/myxophagadeCrowson.htm
Larousse insectes et araignées
Faune de France, Coléoptères Cerambycidae

4 réflexions sur “COLÉOPTÈRES (scarabées, coccinelles…)

  1. Bonjour, dans votre liste, je ne retrouve pas l’espèce que j’ai trouvé aujourd’hui dans le jardin. Dommage je ne sais pas vous poster une photo. Je me demande si je dois m’inquiéter, elles ont une tête de mort sur le dos ! dites moi où je peux vous l’envoyer,svp

    J'aime

  2. Bonjour, cela fait maintenant presque 1 mois que j’ai découvert des insectes dans mon garage qui ressemblent énormément à des cafards. Je vis à la campagne, dans un lotissement neuf, à côté d’un champ.
    Les cafards sont restés uniquement dans le garage car j’ai directement acheté du gel goliath anti cafard afin d’éviter qu’ils atteignent la maison.
    Seulement après des heures de recherche sur internet, je m’aperçois qu’il s’agit peut-être (enfin j’espère) de coléoptères.
    Pouvez-vous m’aider svp si je vous envoie une photo? (L’insecte est mort sur le dos).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s