Balanin des noisettes (Curculio nucum)

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Cucujiformia
Super famille : Curculionoidea
Famille : Curculionidae
Sous-famille : Curculioninae
Tribu : Curculionini
Genre : Curculio
Espèce : Curculio nucum

Identification : Le Balanin des noisettes (Curculio nucum) est de couleur brune parsemée de taches plus claires. Ses profémurs sont dentés. Son long rostre est à fond roux. L’écusson est court, carré ou arrondi. Le dessus des élytres est aplati. Il possède une crinière de soies raides sur le partie postérieure de la suture des élytres. La pubescence des antennes est assez longue, les derniers articles du funicule (avant la massue) sont pyriformes et assez courts.
Le rostre du mâle est un peu plus court que le corps.
Le rostre de la femelle est plus long que le corps.

Taille : 6 à 9 mm.

Répartition géographique : Assez commun partout en France.

Période d’observation : De fin mars

Hivernation : Adultes et larves dans le sol.

Plantes hôtes : Noisetier commun (Corylus avellana).

Oeufs : Ils sont déposés dans les jeunes noisettes, à raison d’un œuf par noisette (parfois 2 ou 3). L’incubation dure 4 à 9 jours.

Larves : Leur développement prend 25 à 32 jours. La larve creuse une galerie dans la noisette et gagne la pulpe. Le trou créé par la ponte est rapidement bouché par une prolifération végétale, laissant apparaitre en surface une cicatrice brunâtre et convexe. Une fois la noisette tombée au sol, la larve en sors et s’enterre. Elle passe ainsi l’hiver. L’année suivante, une partie des larves se nymphose. Certaines passent deux ou 3 hivers. Les adultes ne sortent pas forcément de terre suite à leur éclosion après la nymphose, certains passent un hiver supplémentaire sous terre.

Espèces semblables :
La plus semblable est C.glandium, qui se rencontre plutôt sur les chênes. Il est de stature un peu moins massive. les derniers articles du funicule antennaire sont plus fins, subconiques, beaucoup plus longs que larges (critère plus facile à apprécier chez les femelles). La pilosité des antennes est moindre, fine, éparse ou nulle, avec seulement quelques soies hérissées au sommet. Il ne possède pas de crinière sur la partie postérieure de la suture (attention car la suture est quand même relevée).
C. elephas, C. pellitus et C. venosus ont l’écusson plus long que large et le dessus des élytres convexe.
C. villosus a le rostre et le dessus du corps à fond noir.
C. betulae et C. rubidus n’ont pas les profémurs dentés.

Sources :
https://www.insecte.org/
https://faunedefrance.org/bibliotheque/docs/A.%20Hoffman%20(FdeFr%2059)%20Curcu%20vol%202.pdf
http://manche-nature.fr/wp-content/uploads/2014/04/Argiope36_Balanins_06-2002.pdf

2019