Larinus sturnus

Ordre : Coleoptera
Sous-ordre : Polyphaga
Infra-ordre : Cucujiformia
Super famille : Curculionoidea
Famille : Curculionidae
Sous-famille : Lixinae
Tribu : Lixini
Genre : Larinus
Espèce : Larinus sturnus

Identification : Larinus sturnus a une couleur qui varie du brun sombre au beige jaunâtre. Son rostre est cylindrique, sans impressions ni sillons à la base, finement caréné sur sa moitié postérieure, un peu luisant. Il est presque aussi épais que les profémurs, non conique vu de dessus et faiblement arqué. Le thorax grossièrement et rugueusement ponctué, impressionné devant l’écusson. Les élytres sont oblongs, parallèles seulement sur une faible partie des côtés et largement arrondis au sommet. Ils possèdent de nombreuses petites taches plus claires et une tache généralement distincte à la base du 2ème interstrie. L’angle apical externe des tibias n’est pas dilaté.
Le mâle a le rostre aussi long que le prothorax.
La femelle a le rostre une fois et demi aussi long que le prothorax.
La forme conspersus a des élytres courts et ovales, le rostre du mâle est plus court ou à peine aussi long que le prothorax, celui de la femelle une fois et un quart aussi long que le prothorax.

Taille : 8 à 12 mm.

Habitat : Prairies, clairières, prés, marais, en plaine comme en montagne.

Répartition géographique : Toute la France.

Plantes hôtes : Cirsium, Carduus, Centurea.

Espèces semblables :
Ce genre est assez délicat. Il faut bien observer l’allure générale et la forme et la taille du rostre. Il existe une clé, mise en lien (page 521).
Larinus jacae est le plus ressemblant. Il est plus petit (6 à 8 mm), son rostre est plus mat, un peu plus court que le prothorax chez le mâle, de la même taille que le prothorax chez la femelle. La ponctuation du prothorax est fine et dense, le prothorax ne présente pas d’impression antéscutellaire profonde. Il ressemble beaucoup à la variété conspersus mais les protibias de jacae sont plus crénelés en dedans.
Larinus carlinae et Larinus rusticanus ont les élytres allongés, parallèles jusqu’au tiers postérieur, presque du double aussi longs que larges.
Larinus longirostris et Larinus leuzae ont le rostre bien plus mince que les profémurs, plus long que le prothorax chez les deux sexes.
Larinus turbinatus a le rostre conique vu de côté, droit et graduellement atténué latéralement de la base au sommet vu de dessus, possédant une profonde rainure atteignant presque la base du rostre partant de sous le scrobe.
Larinus reichei et Larinus ferrugatus ont un rostre plus court, tout au plus long de la moitié du prothorax. Leurs protibias sont élargis en dehors, l’angle apical externe un peu dilaté.
Les autres n’ont pas le rostre cylindrique (ce n’est pas forcément facile à voir), épais, avec une impression basale plus ou moins profonde de chaque côté de la carène médiane, celle ci visible au moins à la base.
Le genre Lixus a le corps plus allongé.
Les genres Cleonis et Cyphocleonus ont le rostre trisilloné.
Le genre Pachycerus a un rostre plus épais.
Le genre Hylobius a les élytres plus granuleux.

Sources :
https://www.insecte.org/
http://faunedefrance.org/bibliotheque/docs/A.%20Hoffman%20(FdeFr%2059)%20Curcu%20vol%202.pdf

2019