Rhynchite rouge du pommier (Tatianaerhynchites aequatus)

Identification : Le Rhynchite rouge du pommier (Tatianaerhynchites aequatus) a la tête, le rostre, le prothorax et les pattes de couleur bronze métallique (les pattes peuvent être rousses ou ferrugineuses, ssp rufipes). Les élytres sont brillants, avec sutures et ponctuation bien distinctes, rouge ou orange, sauf la suture généralement rembrunie sur sa moitié antérieure (elle peut être concolore, ssp ruber). Il possède une pubescence dorsale grisâtre, longue et dressée. Le rostre est arqué, hérissé de poils sur le dessus et bronzé obscur sur le dessous. Les antennes sont pubescentes et ferrugineuses (sauf la massue qui est noirâtre).
Les femelles ont le rostre progressivement élargi en avant, beaucoup plus long que la tête et le prothorax réunis, les tempes sont largement aussi longues que le diamètre d’un œil.
Celui des mâles est plus brusquement élargi en avant, aussi long que le prothorax et la tête réunis, les tempes sont à peine aussi longues que le diamètre d’un oeil.

Taille : 2,5 à 4mm.

Habitat : On le trouve en plaine et en montagne jusqu’à 1200m d’altitude.

Répartition géographique : Il est commun dans toute la France et dans toute l’Europe.

Période d’observation : A partir de fin mars.

Hivernation : Sous forme de nymphe dans le sol ou d’adulte sous l’écorce des arbres et divers abris.

Plantes hôtes : Nombreuses espèces de rosacées comme l’Aubépine monogyne (Crataegus monogyna), l’Aubépine à deux styles (Crataegus oxyacanthoides), le Sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia), le Sorbier à larges feuilles (Sorbus latifolia), le Néflier (Mespilus germanica), le Prunellier (Prunus spinosa), le Prunier (Prunus domestica), le Cerisier acide (Prunus cerasus), le Merisier (Cerasus avium), le Cerisier à grappes (Cerasus padus), l’Abricotier (Armeniaca vulgaris), le Cognassier (Cydonia vulgaris), le Poirier commun (Pyrus communis), le Pommier (Malus communis).

Reproduction : La femelle pond une vingtaine d’œufs de mai à mi-juillet. L’œuf est introduit dans un fruit, dans un trou pratiqué à l’aide du rostre. La galerie de ponte est ordinairement accompagnée d’un trou mitoyen. Le pédoncule est ensuite partiellement incisé à la base. L’incubation dure entre 8 et 10 jours. La larve mine le fruit et évolue dedans pendant 3 semaines. Il peut parfois y avoir 2 ou 3 larves dans le même fruit. La nymphose a lieu dans le sol, dans une coque de terre, et s’effectue au cours de l’été ou au printemps. Dans le premier cas, l’imago éclot fin juin courant juillet et hiverne après estivation. Dans l second cas, il naît fin février ou début mars

Espèces semblables : Aucune.

Sources :
https://www.insecte.org/
https://faunedefrance.org/bibliotheque/docs/A.%20Hoffman%20(FdeFr%2062)%20Curcu%20vol%203.pdf
http://ephytia.inra.fr/fr/Home/index

2018