Syrphe du groseillier (Syrphus ribesii)

Syrphe du groseillerIdentification : Le Syrphe du groseillier (Syrphus ribesii) a le thorax bronze doré mat. Ses antennes sont noires. Ses yeux sont glabres. Il possède une tache plus ou moins prononcée en forme de Y inversé entre les antennes et les ocelles. Le scutellum est jaune. L’abdomen est jaune rayé de noir, la première bande jaune interrompue au centre. Ces bandes jaunes sont relativement étroites et peu anguleuses. Celles des tergites 3 et 4 sont rétrécies vers les bords.
La femelle a les fémurs 3 entièrement jaunes et les yeux espacés.
Le mâle a les yeux rapprochés, la couleur de ses fémurs n’est pas un critère d’identification.

Taille : De 9 à 13mm.

Répartition géographique : C’est une espèce commune dans toute l’Europe.

Période d’observation : D’avril à novembre.

Larves : Prédatrices de pucerons.

Régime : Les adultes butinent les fleurs et les larves se nourrissent de pucerons.

Espèces semblables :
Les autres femelles du genre Syrphus ont du noir au fémurs 3 (ce n’est pas valable pour les mâles).
Le mâle est plus difficile à distinguer, surtout de Syrphus vitripennis. La partie apicale jaune du fémur 3 est couverte de microchètes noirs, ces derniers sont jaunes chez S.vitripennis. Ce critère est difficile à voir et peu varier. Pour les différencier correctement, il faut observer les cellules m1 et r4, ces dernières sont entièrement couvertes de microchètes chez S.ribesii, seulement en partie chez S.vitripennis.
Syrphus torvus a les yeux velus chez les 2 sexes. Ces poils ne sont pas toujours évidents à voir selon l’angle de prise de vue.
Syrphus nitidifrons possède la partie inférieure de la face noire et des poils dressés entre les antennes et les ocelles. Ses bandes jaunes sont souvent interrompues.
Eriozona erratica et le genre Didea ont la nervure r4+5 plus sinueuse et son thorax est plus sombre.
Le genre Epistrophe est généralement plus costaud et les bandes jaunes de l’abdomen sont souvent plus larges. Elles ne remontent pas ou pas autant sur les bords externes des tergites. Le thorax est brillant, sauf chez les deux espèces décrites ci-dessous pour qui le thorax est mat.
Epistrophe diaphana a le front sans tache noire, et pas de tache noire sur le tergite 5.
Epistrophe grossulariae est plus délicat, les taches triangulaires du tergite 2 occupent plus de la moitié de ce tergite en largeur, et les bandes jaunes des tergites 3 et 4 ne sont pas rétrécies vers les bords.
Les autres Epistrophes ont soit les antennes jaunes (E.flava, E.melanostoma, E.nitidicollis) soit des marques abdominales différentes, présentant moins de jaune ou alors avec des bandes de grosseur différente les unes par rapport aux autres (E.eligans, E.leiophthalma)
Le genre Eupeodes a le thorax plus brillant. Il possède rarement du noir entre les antennes et les ocelles (il semblerait que les espèces présentant du noir à cet endroit là ont alors les marques jaunes de tous les tergites séparées, mais ce n’est qu’une observation personnelle). Quelques espèces ont les marques jaunes des tergites séparées en leur centre.
Les syrphes du genre Parasyrphus possèdent une bande faciale noire, sauf Parasyrphus nigritarsis qui a les joues noires (juste sur le bord inférieur des yeux).
Les espèces du genre Dasysyrphus pouvant lui ressembler ont deux petites et courtes bandes blanches à l’avant du thorax et les ptérostigmas noirs.

Sources :
http://www.insecte.org/
http://toutunmondedansmonjardin.perso.neuf.fr/FR/accueil.htm
http://animateur-nature.com/index.html
http://www.quelestcetanimal.com/

2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s