Aspilate jaunâtre (Aspitates gilvaria)

Aspitates gilvariaIdentification : L’Aspilate jaunâtre ou Phalène de la millefeuille (Aspitates gilvaria) est de couleur claire, jaunâtre ou beige. Ses ailes antérieures sont plus ou moins mouchetées de taches plus sombres, et une ligne postmédiane brune traverse l’aile en rejoignant presque l’apex. Elle possède une tache discale brune. Les ailes postérieures sont blanchâtres.

Taille : 24 à 36mm d’envergure.

Habitat : Elle fréquente les sites chauds bien exposés, les dunes calcaires, les coteaux secs et les friches jusqu’à 1700m.

Répartition géographique : Elle est répartie dans presque toute l’Europe, puis à travers l’Asie centrale jusqu’en Sibérie. En France, on la trouve partout, elle est plus rare dans le nord.

Comportement : L’adulte vole de jour

Hibernation : Chenille.

Période de vol : Une ou deux génération en avril-juin dans le sud, aout-septembre ailleurs.

Plantes hôtes : Diverses plantes basses : Lotier corniculé (Lotus corniculatus), Genêt ailé (Genista sagittalis), Chèvrefeuille des haies (Lonicera xylosteum), Biscutella didyma, Potentilles (Potentilla), Panais (Pastinaca sativa), Serpolet (Thymus serpyllum), Achillée millefeuille (Achillea millefolium), Luzerne (Medicago lupulina), Véronique à feuilles de Serpolet (Veronica serpyllifolia), Renouée des oiseaux (Polygonum aviculare)…

Chenille : Elle peut atteindre 32mm de longueur. Elle est de couleur brun grisâtre à ocre, avec parfois une nuance rosée sur les flancs. Elle possède une bande médio-dorsale claire, marquée d’une ligne médiane sombre. Elle a des lignes longitudinales claires ou sombres de chaque côté du corps, qui tendent à se prolonger sur la capsule céphalique qui a la même couleur que le thorax et l’abdomen. La région anale possède deux grandes pointes coniques dirigées vers l’arrière.
Les œufs sont pondus en séries linéaires le long des tiges des plantes hôtes ou sur les feuilles en mai, et/ou juillet-aout. Les œufs éclosent au bout d’environ 1 mois. Les chenilles s’observent en mai-juin et septembre-octobre. Assez légers, les cocons sont fixés sur la plante-hôte.

Espèces semblables :
L’Aspilate ochracée (Aspitates ochrearia) a la ligne postmédiane moins oblique et moins près de l’apex. Elle possède souvent une ligne supplémentaire près de la base des ailes antérieures.
La Phalène sacrée (Rhodometra sacraria) n’est pas aussi mouchetée. Sa ligne postmédiane peut être rose et atteint l’apex de l’aile.

Sources :
http://www.insecte.org/
Guide des papillons nocturnes de France, Les guides du naturaliste.
Guide des chenilles d’Europe, Les guides du naturaliste.
Papillons de nuit d’Europe Volume 2, Géomètres, Patrice LERAUT

2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s