Céladon (Campaea margaritaria)

Campaea margaritariaIdentification : Le Céladon (Campaea margaritaria) est de couleur ivoire à vert clair. Les ailes antérieures sont traversées par deux lignes blanches bordées de vert olivâtre et peuvent présenter une petite marque rouge vif à la pointe. Les ailes postérieures ne présentent qu’une seule ligne de même type. La marge des ailes postérieures est anguleuse. Les individus de la génération estivale sont plus petits.

Taille : 30 à 50mm d’envergure.

Habitat : On le trouve dans les forêts et à leurs abords, en plaine comme en montagne jusqu’à 1500m.

Répartition géographique : Il est répandu à travers toute l’Europe jusqu’au Caucase. On le trouve presque partout en France.

Comportement : L’imago vient à la lumière et s’observe aussi de jour.

Hibernation : Chenille.

Période de vol : Il y a 2 générations entre mai-juin puis aout-septembre, 1 en altitude.

Plantes hôtes : Nombreux feuillus comme les Saules (Salix), les Charmes (Carpinus), les Aulnes (Alnus), les Hêtres (Fagus), les Chênes (Quercus), les Pommiers (Malus), les Sorbiers (Sorbus), les Érables (Acer), les Frênes (Fraxinus), les Bouleaux (Betula), les ormes (Ulmus), Aubépines (Crataegus), Prunelliers (Prunus)…

Chenille : Elle peut atteindre 37mm de longueur. Son corps est moins grêles que chez d’autres arpenteuses. Sa partie ventrale est assez plane. Sa coloration est variable, allant du brun verdâtre ou brun jaunâtre au brun purpurin. La partie inférieure des flancs possède une frange de poils. Elle possède 3 paires de fausses pattes, la première se trouvant sous le 5ème segment abdominal. La tête est brun grisâtre avec des taches plus sombres.
Lorsqu’il n’y a qu’une génération par an, les œufs sont pondus en juillet, éclosent en aout, le développement larvaire a lieu de la fin de l’été jusqu’au début de l’automne, puis au printemps après hibernation. La nymphose a lieu vers fin mai, à la surface du sol. L’émergence a lieu en juin.

Espèces semblables :
La Métrocampe verte (Hylaea fasciaria) peut être de couleur brune ou verte. La ligne blanche postmédiane forme une pointe anguleuse près de la côte. Les ailes postérieures ne sont pas aussi anguleuses.

Sources :
http://www.insecte.org/
Guide des papillons nocturnes de France, Les guides du naturaliste.
Guide des chenilles d’Europe, Les guides du naturaliste.
http://toutunmondedansmonjardin.perso.neuf.fr/FR/accueil.htm
Papillons de nuit d’Europe Volume 2, Géomètres, Patrice LERAUT

2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s