Émeraude (Thetidia smaragdaria)

thetidia-smaragdariaIdentification : L’Émeraude ou Émeraudine (Thetidia smaragdaria) est de couleur vert émeraude, avec la côte blanchâtre. Elle possède deux lignes sinueuses sur les ailes antérieures, avec un point cellulaire blanc bien visible. L’aile postérieure est verte largement envahie de blanc à la base. Le thorax et l’abdomen sont verts. L’épaisseur des lignes blanches varie, ainsi que l’étendue du vert à l’aile postérieure. Il n’est pas rare d’y trouver une fine ligne blanche anté-terminale.

Taille : 25 à 35mm d’envergure.

Habitat : Elle fréquente les biotopes ouverts comme les prairies steppiques, les éboulis, les friches bien exposées., jusqu’à 2200m d’altitude.

Répartition géographique : Elle est répartie de le Sud et l’Est de l’Europe, jusqu’au Japon. En France, on la trouve partout, sauf au nord-Ouest.

Comportement : Il lui arrive de butiner en plein jour et elle vient également à la lumière. Dès le premier stade, les chenilles se recouvrent de fragments de leur plante hôte. Celles qui vivent dans les marais salants résistent très bien à la marée haute.

Hibernation : Chenille.

Période de vol : Il y a 1 à 2 génération entre mai et aout.

Plantes hôtes : Diverses plantes basses comme l’Achillée millefeuille (Achillea millefolium), les Tanacetum, les Séneçons (Senecio), les Armoises (Artemisia), Scabieuses (Scabiosa)…

Cycle : Les œufs sont pondus sur les tiges et les feuilles, plutôt au niveau de la partie supérieure des plantes. Lorsqu’il n’y a qu’une génération, la ponte a lieu en juillet, l’éclosion environ 15 jours après, les chenilles sont entièrement développées vers la fin mai de l’année suivante, l’émergence a lieu en juin.

Chenille : Elle peut atteindre 23mm de longueur. Son corps est grisâtre avec des lignes longitudinales plus sombres. Sa capsule céphalique est brune et échancrée. Sa coloration n’est pas très visible, car son tégument, très rugueux, est recouvert de fragments végétaux.

Cocon : Les cocons, fixés aux tiges de la plante hôte, sont ajourée et couverts de fragments de feuilles.

Espèces semblables : Aucune.

Sources :
http://www.insecte.org/
Guide des papillons nocturnes de France, Les guides du naturaliste.
Guide des chenilles d’Europe, Les guides du naturaliste.
http://ukmoths.org.uk/index.php
Papillons de nuit d’Europe volume 2, Géomètres, Patrice LERAUT

2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s