Leucanie riveraine (Mythimna riparia)

Identification : La Leucanie riveraine (Mythimna riparia) est de couleur marron beigeâtre. Les nervures de ses ailes ressortent bien, elles sont plus claires que la couleur de fond. La nervure centrale est bien visible et traverse l’aile dans toute sa longueur. La côte est souvent un peu plus claire, et elle peut posséder de tout petits points noirs disséminés sur les ailes (mais pas à la place du point cellulaire qui est perdu dans la nervure). Une bande claire oblique part de l’apex des ailes.

Habitat : Elle se rencontre dans divers milieux ouverts de plaines mais aussi dans les ripisylves chaudes. Elle préfère les basses altitudes, montant très rarement au-dessus de 1200m.

Répartition géographique : C’est une espèce méditerranéenne que l’on trouve en Europe du sud, du Portugal au bassin de la mer Noire. En France, elle occupe les régions méridionales, de la gironde aux Alpes maritimes en passant par le Lot, le Tarn-et-Garonne, l’Hérault, l’Ardèche, la Loire, le Rhône, la Drome et les Alpes-de-Haute-Provence.

Période de vol : Il y a deux générations entre avril et octobre.

Plantes hôtes : Graminées (Calamagrostis) et plusieurs plantes basses.

Espèces semblables :
Le Comma blanc (Leucania comma) a la nervure centrale bien claire, surlignée de sombre et une ligne basale noire assez longue.
La Leucanie obsolète (Leucania obsoleta) a un point cellulaire blanc et une rangée postdiscale de points noirs.
La Leucanie amnicole (Mythimna congrua) possède souvent un point cellulaire blanc dans la nervure centrale, la bande claire oblique partant de l’apex des ailes est moins visible.
La Leucanie souillée (Mythimna impura), la Leucanie paillée (Mythimna straminea) et la Leucanie blafarde (Mythimna pallens) possèdent un petit point cellulaire noir, parfois accompagné de deux autres petits points noirs situés plus bas.
La Leucanie pudorine (Mythimna pudorina) a les ailes un peu moins pointues à l’apex et elle ne possède pas cette bande claire partant de l’apex des ailes. Ses nervures sont généralement un peu moins marquées et la nervure centrale souvent soulignée de sombre.
La Noctuelle veineuse (Simyra albovenosa) est de couleur jaunâtre crème, elle aussi possède des nervures apparentes mais certaines d’entre elles sont très sombres, contrastant avec la couleur de fond.
La Nonagrie bétique (Sesamia nonagrioides) et la Nonagrie crétoise (Sesamia cretica) sont aussi beigeâtre avec les nervures claires, mais elles possèdent une bande longitudinale sombre au centre de l’aile
La Noctuelle de la Brouille (Sedina buettneri) a les ailes mouchetées de sombre et possède un trait légèrement plus sombre sur les antérieures.
La Noctuelle du roseau (Rhizedra lutosa) est de couleur beige jaunâtre, ses ailes sont légèrement mouchetées de sombre et ses nervures sont un peu moins marquées.

Sources :
https://www.insecte.org/
Guide des papillons nocturnes de France, Les guides du naturaliste.

2018