Noctuelle des haies (Caradrina morpheus)

Identification : La Noctuelle des haies (Caradrina morpheus) a une coloration assez variable, de sable à brun foncé. Ses taches orbiculaires et réniformes sont assombries. La réniforme est assez brouillonne et mal délimitée. Elle possède une bande submarginale plus sombre assez épaisse ainsi qu’une série de points marginaux. Les deux réniformes sont « reliées » entre elles par une ligne courbe lorsque les ailes sont fermées. Elle possède une fine ligne transverse en zigzag plus ou moins visible de part et d’autre des taches orbiculaires et réniformes.

Habitat : Elle occupe divers milieux, plutôt humides à basse altitude et xériques en moyenne montagne.

Répartition géographique : C’est une espèce Eurasiatique qui est largement répandue en Europe. En France, elle est présente un peu partout.

Période de vol : Il y a une à deux générations entre mai et août.

Hivernation : Chenille dans un cocon fait de terre et de soie et dissimulé parmi les racines et les touffes d’herbe.

Plantes hôtes : Diverses plantes herbacées comme les Oseilles (Rumex), les Liserons (Convolvulus), les Renouées (Polygonum), les Lamiers (Lamium), les Orties (Urtica), les Pissenlits (Taraxacum), le Mouron blanc (Stellaria media), l’Armoise commune (Artemisia vulgaris), les Bruyères (Erica)…

Chenille : Elle peut atteindre 29mm de long. Son corps est gris brunâtre.Elle possède une large bande claire sur le dos, parfois teintée d’ocre.Le dos du thorax a une ligne blanche bien nette, quoique discontinue. Elle possède une rangée dorsale de chevrons noirâtres, comprise entre deux séries longitudinales de petites taches noires (cunéiformes à l’arrière de l’abdomen). Elle possède une paire de bandes latérales blanchâtres assez mal définies. La tête est luisante et brun foncé. Elles sont nocturnes et vivent cachées dans la litière la journée

Espèces semblables :
Les autres du genre ne possèdent pas cette large bande postdiscale.
La Noctuelle de la Moergeline (Hoplodrina octogenria) a les taches orbiculaires et réniformes plus cerclées de clair et la bande postdiscale est plus foncée dans sa partie inférieure puis soulignée de clair.
Idem pour l’Ambiguë (Hoplodrina ambigua), qui est aussi généralement plus marquée.

Sources :
https://www.insecte.org/
Guide des papillons nocturnes de France, Les guides du naturaliste.
Guide des chenilles d’Europe, Les guides du naturaliste.

2018