RHOPALOCÈRES (papillons de jour)

Généralités et morphologie

Les rhopalocères possèdent des antennes filiformes se terminant par un renflement en massue. Au repos, les ailes sont redressées. Ils ont une activité diurne.

Plus d’infos sur les lépidoptères en général ici.

Classification et liste des espèces

Les Rhopalocères comptent 5 familles en Europe.

1/Les Hespéries (Hesperiidae) ressemblent à des papillons de nuit. Elles n’ont pas de massue antennaire, l’extrémité des antennes est incurvée vers l’arrière. Elles sont généralement de petite taille. Elles ont une grosse tête avec de grands yeux et un thorax puissant, permettant un vol très rapide. Elles sont souvent brunes ou grises. Les ailes antérieures sont souvent tenues légèrement incurvées vers le haut alors que les postérieures sont maintenues horizontales.

Les chenilles ont aussi une grande tête et se distinguent par un étranglement au niveau du cou. Beaucoup se nourrissent de nuit et se tiennent dans un abri fait de fragments de feuilles.

Les plantes hôtes sont soit des graminées, soit des rosacées.

Il existe 46 espèces en Europe dont 10 endémiques et 5 menacées ou quasi menacées.

 

2/Les Papilionidae sont une famille de très grande diversité sous les tropiques, mais assez pauvre en Europe. Les 3 paires de pattes sont parfaitement fonctionnelles et armées de griffes. Le bord interne des ailes postérieures est concave.

Les chenilles arborent des colorations d’alerte. Elles disposent d’un mécanisme actif de défense qui consiste à brandir un appendice situé derrière la tête, appelé osmeterium. Leurs 2 lobes émettent une odeur nauséabonde.

 

3/Les Pieridae ont une coloration blanche, jaune ou orange, souvent rehaussée de taches noires. Ces papillons sont de taille moyenne. Ils sont facilement observables dans des environnements anthropisés où plusieurs générations estivales se succèdent. Les mâles de nombreuses espèces s’assemblent souvent autour des flaques boueuses pour ingérer les sels minéraux indispensables aux joutes nuptiales. Plusieurs espèces migrent.

Les chenilles sont camouflées ou arborent de vives couleurs d’alerte.

Deux groupes de végétaux sont recherchés en tant que plante hôte, les crucifères et les légumineuses.

 

4a/Les Lycaenidae : Lucine, Cuivrés et Thècles. Ce sont des papillons de petite taille. Le dimorphisme sexuel est souvent assez marqué, notamment chez les cuivrés dont les mâles sont généralement rouges ou roux vif, souvent à reflets métalliques. Les thècles sont généralement brun terne. Ils ont souvent des queues fines aux ailes postérieures. Ils sont souvent discrets et se cachent dans la végétation, alors que les cuivrés s’observent facilement dans les pelouses sèches.

Les chenilles sont petites, plates et coniques à chaque extrémité.

A leurs stades larvaires, les cuivrés dépendent des oseilles et des patiences.

Les thècles ont un régime plus diversifié composé de nombreux arbres et arbustes.

 

4b/Les Lycaenidae : les Azurés. Ils sont généralement de petite taille. Les mâles sont généralement bleus, souvent avec des colorations métalliques brillantes. Les femelles sont souvent brunes. Des mâles s’assemblent parfois sur des sols humides pour aspirer des sels dissous.

De nombreuses espèces dépendent des fourmis qui sont attirées par un fluide sucré émis par les chenilles. En contrepartie, les fourmis protègent les larves, contre les mouches parasites notamment.

De nombreuses chenilles se nourrissent des tiges, feuilles, fleurs ou fruits de légumineuses.

 

5/Les Nymphalidae arborent souvent de vives colorations où dominent brun, orange, rouge, blanc et noir. Mâles et femelles se ressemblent généralement. Certains sont migrateurs, et beaucoup d’autres hibernent à l’état adulte. Ils se distinguent par les crêtes longitudinales présentes sur  la partie inférieure de leurs antennes en massue. Leurs pattes sont courtes, inutiles pour la marche, et portent souvent des touffes d’écailles en forme de poils.

a/Les Vulcains, Mars, Sylvains, Nacrés, Fadets et Mélitées : Les ailes des mélitées et des damiers sont orange, décorées de taches et de lignes noires. Les chenilles, colorées et épineuses, sont toxiques. Les orties et les violettes sont leurs plantes hôtes favorites.

La plupart des Satyriné, comme les fadets ou les myrthils, sont d’apparence modeste et savent se camoufler dans leur environnement. Ils sont des ocelles très visibles sur le dessus ou le dessous des ailes qui trompent les prédateurs. Les chenilles se nourrissent essentiellement de graminées.

 

b/Les Moirés sont des espèces montagnardes ou forestières assez semblables et monovoltines. Leur face supérieure varie du brun clair au noir, souvent avec des marques oranges. La face inférieure de leurs ailes postérieures varie du brun au gris, souvent avec des taches oranges. Presque toutes les espèces arborent des ocelles, généralement apicaux. Les Alpe centrales constituent le foyer de dispersion des moirés et certaines espèces montagnardes rares y trouvent refuge. Les Pyrénées aussi hébergent une grande diversité de moirés. Les Balkans et la Turquie sont moins riches en espèces endémiques. On trouve aussi les moirés dans le Grand Nord, où ils colonisent les tourbières ainsi que les clairières et les coupes forestières.

 

c/Les Agrestes, Échiquiers et Monarques : Les échiquiers se ressemblent superficiellement. On les trouve partout en Europe, à l’exception des pays Baltes et de la Fennoscandie. Ils volent lentement d’une fleur à la suivante et fréquentent essentiellement les pelouses sèches.

Les espèces proches de l’agreste ne volent pas autant. Leur face inférieure est camouflée. Une fis au sol, où elles passent beaucoup de temps, elles sont quasi invisibles. On les trouve du niveau de la mer au sommet des montagnes, mais elles préfèrent les boisements clairs, où elles peuvent facilement se cacher. Dès l’atterrissage, les ailes sont fermées, laissant apparaitre quelques secondes leurs ocelles antérieures. L’insecte se repositionne rapidement, s’inclinant pour faire disparaitre son ombre. Les chenilles, vertes ou brunes, ont une queue fourchue. Elles se nourrissent de graminées et parfois de laiches.

Sur les 8 espèces de monarques de la région paléarctique, seulement 2 s’observent en Europe. Ce sont des migrateurs réputés. Leurs chenilles, très colorées, se nourrissent de plantes ornementales exotiques. Chenilles, chrysalides et adultes sont toxiques pour les oiseaux.

Sources :

Guide photo des papillons d’Europe (guides du naturaliste).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s