Amaryllis (Pyronia tithonus)

Pyronia tithonusIdentification : L’Amaryllis (Pyronia tithonus) a la face supérieure des ailes orange à large bordure brune. Il possède un gros ocelle à double pupille blanche sur les ailes antérieures (dessus et dessous). Le mâle possède une bande androconiale brune coupant l’aile en diagonale. La face supérieure de l’aile postérieure a un petit ocelle pupillé de blanc. La face inférieure de l’aile postérieure est brune avec une bande jaunâtre irrégulière bordée de part et d’autre de petits ocelles blancs cerclés de brun.

Habitat : Il fréquente les haies, les lisières fleuries, les pré-bois lâches, les versants rocailleux, jusqu’à 2300m mais plus abondant dans les plaines.

Répartition géographique : Il est répandu, assez commun voire abondant dans le centre et le sud de l’Europe, à partir du sud de l’Angleterre et du sud de l’Irlande.

Hibernation : Chenille.

Période de vol : Il y a 1 génération de fin juin à septembre

Plante hôte : Grande diversité de graminées.

Chenille : Elle peut atteindre 23mm de long. Le corps est assez trapu, rétréci à l’arrière. Le tégument est ocre ou grisâtre, parfois teinté de vert, avec un fin réseau de courts traits brun ocreux. Elle a une ligne médio-dorsale brun foncé. Les flancs sont ornés, sous les stigmates, d’une bande longitudinale blanche aux bords sombres. L’écusson anal possède 2 pointes ocre ou blanchâtres. La tête est brun clair.
Les œufs sont pondus isolément sur les tiges ou les limbes foliaires ou alors lâchés en plein vol au-dessus de la végétation et éclosent au bout d’environ 3 semaines. Les chenilles s’alimentent jusqu’en octobre puis entrent en hibernation, dissimulées dans les touffes d’herbe. Elles redeviennent actives au printemps et achèvent leur développement en juin. Elles sont nocturnes et se tiennent pendant la journée au pied de leur plante hôte. Les chrysalides sont suspendues aux tiges. Le stade nymphal dure environ 3 semaines.

Espèces semblables :
L’Amaryllis de Vallantin (Pyronia cecilia) a le dessous de l’aile postérieure à dominante grise sans ocelle. Il semble ne pas posséder le petit ocelle blanc sur le dessus de l’aile postérieure. Le mâle à la bande androconiale distinctement coupée par les nervures.

Sources :
Guide photo des papillons d’Europe (guides du naturaliste)
Guide des chenilles d’Europe (guides du naturaliste)
Papillons de France, Tristan Lafranchis
Papillons d’Europe et d’Afrique du nord, Tom Tolman, Richard Lewington.

2015

2012-2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s