Collier de corail (Aricia agestis)

Aricia agestisIdentification : Le Collier de corail, Argus brun ou Azuré brun (Aricia agestis) a la face supérieure brun chocolat à série de lunules oranges complète ou presque sur les ailes antérieures et postérieures. Les franges sont légèrement striées de brun. Il possède une tache noire discale sur l’aile antérieure. La face inférieure est grise (printemps, automne) ou brune (été) à lunules orange et nombreux points noirs bordés de blanc. La face inférieure de l’aile antérieure n’as pas de point cellulaire. La face inférieure de l’aile postérieure possède un triangle blanc et l’ocelle de l’espace 6 est décalé par rapport aux autres, placé pratiquement sous l’ocelle de l’espace 7. Les 2 sexes sont bruns.

Habitat : Il fréquente les landes, les dunes, les falaises, diverses pelouses et prairies sèches à humides, généralement sur sol calcaire, jusqu’à 1500-1700m.

Répartition géographique : Il est répandu et souvent commun dans le sud et le centre de l’Europe, mais il est absent du nord des îles Britanniques et de la Fennoscandie.

Période de vol : Il y a 2 à 3 générations d’avril à octobre.

Hibernation : Chenille.

Plante hôte : Becs de grues, géranium, hélianthèmes, centaurées.

Chenille : Elle peut atteindre 11mm de longueur. Le corps est vert et trapu. Elle a une strie médio-dorsale vert pourpré, avec de part et d’autre de celle-ci une série de traits obliques vert foncé. Les flancs ont, sous les stigmates, une ligne longitudinale pourpre ornée d’un filet médian rose. La tête est noire et rétractile.
Les œufs sont pondus isolément sur la face inférieure des feuilles en mai-juin puis août. Ils éclosent au bout d’environ 1 semaine. Le stade larvaire dure environ 6 semaines; sauf pour les chenilles qui hibernent. La nymphose a lieu au pied de la plante hôte et dure une 15aine de jours.

Espèces semblables :
L’Argus de l’hélianthème (Aricia artaxerxes) lui ressemble beaucoup, il possède généralement des lunules oranges réduites sur le dessus des ailes (sauf chez les femelles des Pyrénées et des Cévennes qui ont une série complète ou presque sur l’aile antérieure et postérieure), il est plus grand et l’apex de l’aile antérieure est plus pointu. La tache noire discale de l’aile antérieure peut être soulignée de blanc. On le rencontre entre 400 et 2500m d’altitude, plus fréquent à partir de 800m.
L’Argus castillan (Aricia morronensis) a le point discal noir de l’aile antérieure épais. C’est une espèce plutôt ibérique qui peut se rencontrer localement dans les Pyrénées sur les pentes rocheuses vers 1600-1800m.
Certaines femelles des genres Plebejus et Polyommatus ont la coloration du dessus des ailes semblable mais le point postdiscal de l’espace 6 du dessous des ailes antérieures est aligné avec les autres et non placé sous le point de l’espace 7.

Sources :
Guide photo des papillons d’Europe (guides du naturaliste)
Guide des chenilles d’Europe (guides du naturaliste)
Papillons de France, Tristan Lafranchis
Papillons d’Europe et d’Afrique du nord, Tom Tolman, Richard Lewington.

2016

2015

2014

2012-2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s