Grand collier argenté (Boloria euphrosyne)

Identification : Le Grand collier argenté (Boloria euphrosyne) a le dessus des ailes orange vif avec des taches noires assez grosses dans la moitié basale. La marge des ailes présente des triangles noirs souvent détachés de la bordure noire. L’avant dernière tache noire de l’aile antérieure est à peu près à mi-distance entre les lunules submarginales et les taches postdiscales. Le dessous des ailes présente une petite tache noire basale ainsi qu’une bande médiane jaune. Il possède également une seule tache discale blanc nacré.

Habitat : Lisière et clairières des bois, prairies bocagères et pelouses alpines jusqu’à 2500 m.

Répartition géographique : Il est répandu et commun dans toute l’Europe sauf au sud de la péninsule Ibérique. Presque partout en France.

Période d’observation : D’avril à septembre en 1 à 2 générations.

Hivernation : Chenille enroulée dans une feuille de la plante hôte.

Plantes hôtes : Violettes et Pensées (Viola), Lédon des marais (Ledum palustre) plus au nord.

Chenille : Elle peut atteindre 25 mm de long. Son corps est noirâtre, avec des points blancs entre les stigmates. Les scoli sont de couleur variable (noire, brunâtre, jaunâtre ou blanchâtre). La tête est noire.

Chrysalide : Elle est suspendue à une tige ou à une feuille.

Espèces semblables :
Avec le dessous des ailes c’est facile, la petite tache noire basale couplée à l’unique tache discale blanc nacré sont caractéristiques.
Lorsque l’on a que le dessus, c’est plus difficile. Il faut comparer les répartitions géographiques dans un premier temps.
La Petite violette (Boloria dia) a l’apex des ailes postérieures plus anguleux et des taches rondes submarginales plus grosses.
Le Petit collier argenté (Boloria selene) est en général moins vivement coloré, les taches noires du dessus des ailes (notamment dans la zone basale et médiane) sont moins épaisses, les taches marginales du dessus des ailes sont plus en forme de chevrons que de triangles et elles sont reliées à la bordure noire. L’avant dernière tache noire ronde postdiscale de l’aile antérieure est plus proche des lunules submarginales que des taches postdiscales.

Sources :
https://www.insecte.org/
Guide photo des papillons d’Europe (guides du naturaliste)
Guide des chenilles d’Europe (guides du naturaliste)
Papillons de France, Tristan Lafranchis

2018