Mégère (Lasiommata megera)

 

Lasiommata megeraIdentification : La Mégère (femelle) ou Satyre (mâle) (Lasiommata megera) a la face supérieure des ailes de couleur orangée avec des dessins bruns. Le bord costal possède 3 traits bruns. Le mâle a une large bande androconiale coupant l’aile en diagonale sur la face supérieure des ailes antérieures. Le dessus des ailes postérieures possède une bande postdiscale orange. La face inférieure des ailes est brun gris à gros ocelle sur l’aile antérieure et série de petits ocelles sur l’aile postérieure. Cette dernière possède 2 lignes sinueuses brunes bordées de jaune.

Habitat : Elle fréquente les pelouses pierreuses, écorchées, les murets de pierres, les chemins et pistes, les clairières forestières, les prairies fleuries et les ravins rocheux, jusqu’à 3000m.

Répartition géographique : Elle est répandue et commune en Europe mais rare et localisée dans le sud de la Scandinavie et des pays Baltes.

Hibernation : Chenilles.

Période de vol : Il y a 2 à 4 générations entre avril et octobre.

Plante hôte : Diverses graminées.

Chenille : Elle peut atteindre 25mm de longueur. Le corps est vert bleuté, avec des lignes longitudinales blanches ou blanchâtres. La région anale possède 2 pointes faiblement marquées de blanc. La tête est non anguleuse, d’un vert bleuté foncé.
Les œufs sont pondus isolément, sur les limbes ou les parties découvertes des racines. Ils éclosent au bout d’une dizaine de jours. Les chenilles sont principalement nocturnes. Le développement larvaire dure environ 1 mois, sauf pour les chenilles de la dernière génération qui hibernent et se nymphosent au printemps. Les chrysalides sont suspendues aux tiges. Le stade nymphal dure une 15aine de jours.

Espèces semblables :
L’Ariane (femelle) (Lasiommata maera) a sur les ailes antérieures du orangé assez étendu ce qui peut faire penser à L.megera (le mâle étant plus sombre) mais elle ne possède pas de bande postdiscale orange sur le dessus de l’aile postérieure et ne possède que 2 traits costaux bruns là où L.megera en a 3.

Sources :
Guide photo des papillons d’Europe (guides du naturaliste)
Guide des chenilles d’Europe (guides du naturaliste)
Papillons de France, Tristan Lafranchis

2016

2014

2012-2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s