Piéride de la moutarde (Leptidea sinapsis), Piéride de Réal (Leptidea reali)

Piéride de la moutarde-RéalIdentification : La Piéride de la moutarde (Leptidea sinapsis) et la Piéride de Réal (Leptidea reali) sont deux espèces très proches différentiables uniquement par examen génital (ou selon la répartition géographique, les 2 espèces étant présentes dans le sud et dans le nord est de la France).
La piéride de Réal est plus grisâtre ou jaunâtre, la face supérieure des ailes antérieures a des marques plus sombres et plus carrées et elle vole 1 à 2 semaines avant la piéride de la moutarde dans le nord. Les variations individuelles font que les critères visuels ne sont pas valables pour différencier les 2 espèces.
Ces papillons ont la face supérieure des ailes blanche avec quelques marques sombres près de l’apex des ailes antérieures. La face inférieure est blanche tachée de gris. Les massues antennaires sont noires à tache blanche dessous.

Habitat :
La piéride de la moutarde fréquente les lisières, les allées et les clairières forestières, les buissons et les prairies fraiches, les habitats pierreux secs, jusqu’à 2300m.
La piéride de Réal fréquente divers habitats buissonnants.

Répartition géographique :
La piéride de la moutarde est répandue et généralement commune presque partout en Europe, absente d’une partie de la Grande-Bretagne, des Pays-Bas, du Danemark et du nord de la Fennoscandie.
La piéride de Réal est répandue mais son aire est discontinue et méconnue, de la Corse au centre de la Scandinavie.

Période d’observation :
Pour la piéride de la moutarde, il y a une à 3 générations entre avril et septembre selon la latitude, classiquement 2 en mai-juin puis juillet-août.
Pour la piéride de Réal, il y  a une à 3 générations entre avril et août.

Plante hôte : Légumineuses (pour les 2 espèces).

Chenille : La chenille de la piéride de la moutarde peut mesurer jusqu’à 18mm de long. Le corps est vert avec une ligne médio-dorsale sombre. Les flancs possèdent, au niveau des stigmates, une bande longitudinale jaune dorsalement bordée de vert foncé. La tête est verte. Lorsqu’il y a une génération, la ponte a lieu en mai-juin, les chenilles sont actives en juin-juillet et se transforment en chrysalide en juillet-août, puis émergent l’année suivante en mai. Les œufs sont pondus isolément sur la face inférieure des feuilles. Les chrysalides sont ceinturées par un fil de soie.

Espèces semblables :
La Piéride de Duponchel (Leptidea duponcheli) se rencontre dans le sud-est de la France. Elle ne possède pas de tache blanche sous la massue antennaire, l’apex des ailes est plus pointu, la face inférieure des ailes postérieures a des suffusions grises bien délimitées avec une zone blanche dedans (1ère génération), la 2ème génération a la face inférieure teintée de jaune à marques peu visibles.

Sources :
Guide photo des papillons d’Europe (guides du naturaliste).
Guide des chenilles d’Europe (guides du naturaliste).

2012-2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s