Robert-le-diable (Polygonia c-album)

Polygonia c-albumIdentification : Le Robert-le-diable (Polygonia c-album) est un papillon aux ailes dentelées et échancrées. La face supérieure est de couleur orangée, a grosses taches noires sur l’aile antérieure. La face inférieure de l’aile postérieure est ornée d’un petit « C » blanc.

Habitat : Il fréquente les coupes et les clairières des forêts inondables, les lisières des forêts caducifoliées et mixtes, les haies, les parcs et les jardins jusqu’à 2000m.

Répartition géographique : Il est répandu et commun dans presque toute l’Europe sauf dans les îles méditerranéennes, dans le nord des îles britanniques, et dans le nord du Fennoscandie.

Hibernation : Adulte.

Période d’observation : Il y a 1 à 3 générations, généralement 2 entre juin et octobre. Il réapparaît après l’hibernation de mars à début juin selon la latitude et l’altitude.

Plante hôte : Ortie dioïque, houblon, ormes, saules et d’autres espèces à feuilles caduques.

Chenille : Elle peut atteindre 35mm de longueur. Elle ressemble beaucoup à une fiente d’oiseau. Le corps est noir, largement strié de brun-orangé, avec la majeure partie de l’abdomen dorsalement recouverte d’une grande plage blanche. Sur cette dernière, les scoli sont blancs alors qu’ailleurs ils sont brun-orangé clair. La tête est noire avec 2 protubérances dorsales. Les œufs sont pondus isolément ou en petits groupes sur la face supérieure des feuilles. L’éclosion a lieu 2 ou 3 semaines après. Les chenilles ne sont pas grégaires. Au repos, elles se tiennent sous les feuilles. Les chrysalides sont faites sur la plante nourricière. Le développement larvaire dure environ 6 semaines. Celui du stade nymphal 2 à 3 semaines. Les imagos de la dernière génération hivernent, l’accouplement à lieu au printemps.

Espèces semblables :
La Vanesse des pariétaires (Polygonia egea) est un peu plus grande et de coloration générale plus vive. Ses taches noires sont plus petites. Elle possède un petit « L » blanc sur le dessous de l’aile postérieure. Elle est rare et se rencontre dans l’arrière pays Niçois, peut être encore dans le Languedoc.

Sources :
Guide photo des papillons d’Europe (guides du naturaliste)
Guide des chenilles d’Europe (guides du naturaliste)
Papillons de France, Tristan Lafranchis
Papillons d’Europe et d’Afrique du nord, Tom Tolman, Richard Lewington.

2014

2012-2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s