Leste brun (Sympecma fusca)

Leste brunIdentification : Le Leste brun ou Brunette hivernale (Sympecma fusca) a le corps brun pourvu de marques sombres en forme de torpille sur les segments.Les ptérostigmas sont également bruns et longs. Au repos, lorsque les ailes sont fermées, les ptérostigmas ne se chevauchent pas. Les deux sexes sont semblables. La couleur brune s’assombrit jusqu’en automne et peut devenir noirâtre chez certains individus. Au printemps, les imagos ont une tache bleue sur la partie supérieure de l’oeil.

Taille : 34 à 39mm de long, 36 à 46mm d’envergure.

Habitat : Il fréquente les eaux stagnantes à faible courant, particulièrement dans les zones d’accumulation de débris végétaux flottants (tiges de roseaux ou de joncs).

Répartition géographique : Présent en Europe centrale et du sud et atteint l’Asie centrale. Il est plus rare dans le nord de son aire.

Période de vol : Les adultes sont visibles toute l’année mais la reproduction a lieu en avril-mai. Il y a un pic d’activité en août septembre.

Espèces semblables :
La Brunette sibérienne (Sympecma paedisca) lui ressemble énormément, elle s’en distingue par la bande brune supérieure des côtés du thorax qui n’est pas rectiligne mais possède un décrochement formant une tache arrondie. La bande brune du bas est généralement plus fine et parfois interrompue. Les cerques du mâle n’atteignent pas ou peu la points de la dent basale des cercoïdes (elle l’atteint ou peu la dépasser chez S.fusca). Cette espèce n’est pas présente en France et se rencontre au nord et à l’extrême sud de l’Allemagne, et devient plus commune en Pologne et plus à l’est.
Les femelles de forme brune du Portecoupe holarctique (Enallagma cyathigerum) peuvent lui ressembler à cause des dessins en torpille sur les segments de l’abdomen, mais les ptérostigmas sont petits en forme de losange, les appendices anaux sont courts, elle possède une épine vulvaire à la base de l’ovipositeur et des marques plus sombres disposées différemment sur le thorax et la tête, elle possède également des taches postoculaires.

Sources :
Guide des libellules de France et d’Europe, Les guides du naturaliste.

2015

2014

2012-2013

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s