ORTHOPTÈRES (criquets, sauterelles et grillons)

Généralités et morphologie

Les orthoptères comprennent les sauterelles, criquets et grillons.

La tête porte une paire d’antennes, les pièces buccales et les yeux.
Les pièces buccales sont de type broyeur. Elles se composent d’une paire de mandibules puissantes et dentelées (mâchoires supérieures), d’une paire de maxilles (mâchoires inférieures) et du labium (lèvre inférieure). Maxilles et labium portent chacun une paire de longs palpes articulés. L’ensemble du complexe buccal est recouvert par le labre, qui prolonge inférieurement le clypéus.
Les yeux composés ont accompagnés de 3 ocelles.
La tête des criquets présente également la côte frontale (large bande surélevée s’étendant du vertex au clypéus) et les fovéoles temporales qui se présentent sous forme de petites dépressions triangulaires, trapézoïdales ou rectangulaires et sont situées contre le bord supérieur des yeux composés. Ces dernières ne sont pas présentes chez toutes les espèces.

Le thorax se compose de 3 segments, le pro, méso et métanotum. Les 2 derniers segments portent chacun un sillon transversal qui délimite leurs régions antérieures et postérieures.
Les pro, méso et métasternum sont la partie ventrale de chacun de ces 3 segments.
Comparativement aux 2 derniers segments, le pronotum ou corselet est beaucoup plus développé. Sur sa région dorsale courent souvent 2 ou 3 carènes longitudinales : au centre, la carène médiane, et sur les côtés, les carènes latérales. Un sillon transversal, situé vers le milieu du pronotum, y détermine 2 régions, l’une antérieure (la prozone) et l’autre postérieure (la métazone). Les parties latérales (lobes réfléchis) du pronotum se prolongent vers le bas presque jusqu’au point d’implantation des pattes. Le thorax porte les 3 paires de pattes et les 2 paires d’ailes.

Les pattes se composent d’une coxa (hanche), d’un trochanter, d’un fémur, d’un tibia et d’un tarse, ce dernier divisé en 3 ou 4 articles et terminé par 2 griffes. La paire de pattes postérieures est exceptionnellement développés : le fémur contient la puissante musculature qui permet aux orthoptères d’accomplir des bonds spectaculaires. Chez les Ensérifères (sauterelles et grillons), les tibias antérieurs portent les tympans.

Les 2 paires d’ailes diffèrent très distinctement.
Les ailes antérieures ou tegmina (singulier : tegmen), sont étroites et coriacées, beaucoup plus sclérifiées que les postérieures.
Durant le vol, les ailes postérieures s’ouvrent à la manière d’un éventail. Au repos, elles se replient longitudinalement sous l’étui protecteur des longs tegmina.
Le tegmen porte une nervation complexe. Du bord antérieur vers le bord postérieur (de bas en haut sur l’animal au repos), on distingue les nervures longitudinales suivantes : la costale, la sous-costale, la radiale, la médiane, la cubitale et l’annale (ou vannale). La cubitale présente généralement 2 rameaux.
Entre les nervures sont situés des champs. Chacun d’entre eux porte le nom de la nervure qui le précède immédiatement. Ainsi, derrière la costale se trouve le champ costal, et derrière la médiane se trouve le champ médian. Souvent, ces 2 champs sont fortement développés. Le champ précostal, situé en avant de la nervure costale, le long du bord antérieur du tegmen, porte chez de nombreuses espèces une expansion post-basilaire, le lobe basal.
Les ailes postérieures offrent en général moins de caractères de différenciation, toutefois, leur couleur varie selon les espèces.
Certaines espèces sont brachyptères, microptères ou même aptères. Au sein de ces espèces peuvent apparaître des individus exceptionnellement ailés.

L’abdomen contient les organes sexuels et le tube digestif. Il est composé extérieurement des tergites (dessus) et des sternites (dessous) qui se rejoignent latéralement au niveau des pleures. Chez les criquets, chacun des côtés du premier segment abdominal porte un organe auditif.
Les femelles orthoptères (à l’exception de la courtilière) sont pourvues d’un ovipositeur (oviscapte ou tarière). Chez les Ensifères, il est très développé et ressemble à une faucille, un sabre ou une baguette. Chez les Caelifères, il est beaucoup plus réduit et plus ou moins rétracté dans l’abdomen.
Chez les mâles de Caelifères, l’apex de l’abdomen épouse une forme variable, arrondie ou effilée, selon la forme de la plaque sous-génitale. Celle-ci enveloppe partiellement les génitalia. Chez les mâles Ensifères, la plaque sous-génitale est plane ou légèrement arquée. Son extrémité est souvent bifide et pourvue d’appendices pairs nommés styles (absents chez les phanéroptères). Ils sont pourvus de cerques très développés et variables selon les espèces.

Les sons émis par les orthoptères se nomment stridulations et sont produits par des organes dont la structure varie selon les groupes.
Chez la plupart des Ensérifères, les tegmina sont légèrement soulevés, puis frottés l’un contre l’autre.
Les criquets frottent généralement leurs fémurs postérieurs le long des tegmina.

Chez les Caelifères, le mâle chevauche la femelle lors de l’accouplement, après qu’elle ai accepté l’acte en émettant une stridulation particulière. L’accouplement peut durer de 20 minutes à plusieurs heures.
Chez les Ensifères, c’est la femelle qui se hisse généralement sur le dos du mâle. Chez de nombreuses espèces apparait alors au niveau du pore génital du mâle un très gros spermatophore blanchâtre qui est déposé sur le pore génital de la femelle. Le couple se sépare ensuite. Cet acte dure de 2 à 5 minutes (voire 30min). Dès qu’elle est séparée du mâle, la femelle commence à mâcher l’enveloppe du spermatophore, ce qui a pour but de faire migrer les spermatozoïdes vers les voies génitales.

Quelques jours après l’accouplement, la femelle pond.
Chez les Ensifères, elle introduit son oviscapte dans le sol, dans des fentes d’écorce ou des tiges de végétaux. Les œufs sont déposés isolément ou en petits groupes.
Chez les Caelifères, c’est l’abdomen entier qui est plongé dans le sol. Les oeufs sont enrobés dans un manchon de mucus spumeux qui durcit très rapidement.

Les œufs hivernent dans la plupart des cas et éclosent au printemps. Les larves sont des adultes miniatures. Il existe 4 ou 5 stades chez les Caelifères, 5 à 7 chez les Ensifères, voire plus de 10 chez certains grillons. Ils muent tous pour grandir.

On rencontre les orthoptères un peu partout, moins dans les régions plus froides.

Ils peuvent être phytophages, omnivores voire carnivores.

Classification et liste des espèces

Les Orthoptères sont divisés en 2 sous-ordres : Les Ensifères et les Caelifères.

I/Les Ensifères ont un long oviscapte s’enfonçant dans la terre et des tympans auditifs tibiaux.

Il y a 8 familles en Europe occidentale.

1/Les Sauterelles (Tettigoniidae) ont un corps légèrement comprimé latéralement et souvent de teinte verte. Les tarses ont 4 articles. Lors de la stridulation, le tegmen gauche frotte sur le tegmen droit. Ces sauterelles hivernent toujours à l’état d’œuf.

Il y a 7 sous-familles.

a/Les Phanéroptères (Phaneropterinae) sont presque tous pourvu d’ailes fortement réduites, squamiformes. Le tympan est ovale. L’oviscapte, très large, falqué, porte souvent des dents bien distinctes à l’apex. Lors de la ponte, la femelle le guide à l’aide de ses mandibules.

Phanéroptère liliacé-Gardouch 11.07.2015

Phanéroptère liliacé (Tylopsis lilifolia)

b/Les Méconèmes (Meconematinae) sont de petites sauterelles arboricoles caractérisées par leurs tympans ovales et par l’absence ou la régression des organes alaires phonateurs.

c/Les Conocéphales (Conocephalinae) ont des ouvertures tympanales en forme de fente étroite et une tête conique.

d/Les Grandes sauterelles ou Sauterelles vraies (Tettigoniinae) ont des ouvertures tympaniques en forme de fente étroite. Ce sont de grandes espèces robustes, de teinte fondamentale verte. Les tegmina sont entièrement verts ou teintés de brun sur la face dorsale, mais ne portent jamais de taches sombres quadrangulaires. Les antennes atteignent chez les 3 espèces Européennes 1 fois et demi la longueur du corps.

e/Les Dectiques et Decticelles (Decticinae) ont l’ouverture des organes tympaniques en forme de fente. Le premier article des tarses postérieurs porte une plantule paire et libre. Les organes du vol sont souvent ornés de motifs quadrangulaires. Chez de nombreuses espèces, ils sont fortement réduits.

f/Les Magiciennes (Saginae)

g/Les Ephippigères (Bradyporinae) se reconnaissent facilement à la forme de leur pronotum, horizontal au niveau de la prozone, et brusquement surélevé au niveau de la métazone, de sorte que son profil forme un coude distinct. Les organes du vol sont fortement réduits et se présentent comme des écailles arrondies, en partie masquées par le pronotum. Les organes auditifs sont en forme de fente. Quelques espèces appartenant à d’autres sous-familles ont un prothorax semblable.

2/Les Gryllacrides (Rhaphidophoridae) sont aptères et dépourvues d’organes tympaniques. Les antennes, les pattes, les palpes maxillaires et labiaux sont fortement allongés. Elles vivent pour la plupart dans les grottes ou autres cavités sombres et humides.

a/Les Sauterelles cavernicoles (Dolichopodinae)

b/Les Sauterelles des serres (Aemodogryllinae)

3/Les Grillons (Gryllidae) ont un corps généralement cylindrique. En Europe, la teinte est toujours jaunâtre ou brun-noir, jamais verte. Les tarses sont trimères, les tympans sont superficiels. Les cerques sont allongés, recourbés et poilus. Lors de la stridulation, le tegmen droit est frotté sur le gauche.

a/Les Grillons agrestes (Gryllinae)

b/Les Gryllomorphinae

4/Les Trigonidiaires (Triginidiidae)

-Les Némobies, Grillons sylvestres (Nemobiinae)

5/Les Mogoplistidae

– Les Grillons squameux (Mogoplistinae)

6/Les Fourmigrils, Grillons myrmécophiles (Myrmecophilidae)

7/Les Oecanthaires (Oecanthidae)

-Les Oecanthes (Oecanthinae)

Grillon d'Italie-Domaine des oiseaux 12.07.2016

Grillon d’Italie (Oecanthus pellucens)

8/Les Courtilières (Gryllotalpidae) sont aisément reconnaissables à leurs pattes antérieures fouisseuses, transformées en puissantes pelles dentées. leurs antennes n’atteignent qu la demi-longueur du pronotum. La femelle est dépourvue du long oviscapte typique des Ensifères.

II/Les Caelifères ont un oviscapte court, c’est l’abdomen qui s’enfonce dans la terre, et les tympans sont abdominaux.

1/Les Tétrix, Criquets géophiles (Tetrigidae) se caractérisent par la forme très particulière de leur pronotum, prolongé postérieurement par une longue saillie aristée. Ce processus atteint toujours l’extrémité de l’abdomen et le dépasse même souvent très distinctement. Les lobes latéraux du pronotum présentent sur leur bord postérieur 2 encoches (1 seule chez les juv.). Au niveau de la supérieure dépasse le tegmen, réduit à une minuscule écaille. Les ailes postérieures, en revanche, peuvent être parfaitement développées. Les organes phonateurs et tympaniques font défaut. Ils hivernent sous forme de juvéniles ou d’imago. L’identification des 10 espèces de notre faune est très délicate.

2/Les Tridactyles (Tridactylidae) sont généralement de petite taille et se caractérisent par leur pronotum presque hémisphérique, tronqué à l’avant comme à l’arrière. Les ailes postérieures, repliées en toit sur l’abdomen, dépassent d’ordinaire les tegmina, courts et fortement sclérifiés. Les fémurs postérieurs sont épaissis de manière disproportionnée. La stridulation est manifestement produite par la friction des ailes postérieures contre les tubercules stridulatoires du revers des tegmina.

3/Les Pyrgomorphes (Pyrgomorphidae) sont la seule famille de Caelifères à posséder sur la partie antérieure du vertex une coupure étroite et profonde, le sillon fastigial. Leur silhouette est curieuse, anguleuse, fuselée, carénée.

4/Les Pamphagides (Pamphagidae) regroupent les plus grands et les plus lourds de tous les criquets Européens. Ils sont répandus dans le sud du bassin Méditerranéen et peuvent atteindre 90mm de longueur. Ils sont de stature trapue et particulièrement courtauds. Ils se distinguent des autres criquets par l’ornementation de la face externe des fémurs postérieurs. Chez les Acridides cette ornementation consiste en un motif en arête de poisson, alors que chez les Pamphagides elle forme une sorte de réseau en peau de serpent. Chez le plupart, les organes du vol sont plus ou moins abrégés.

5/Les Acridides (Acrididae) ont un long tubercule cylindrique situé entre les hanches de la première paire de pattes. C tubercule est parfaitement visible à l’oeil nu. Les organes tympaniques sont situés sur les côtés du premier segment abdominal et épouent la forme d’ouvertures ovales ou semi-circulaires/

a/Les Caloptènes (Calliptaminae)

b/Les Criquets voyageurs (Cyrtacanthacridinae)

c/Les Catantopinae

d/Les Miramelles (Melanoplinae)

e/Les Truxales (Acridinae) ont un corps très allongé en forme de baguette et une capsule céphalique étirée dans l’axe du tronc, d sorte que les yeux s’y trouvent repoussés presque à l’apex. Les pattes et les organes du vol sont aussi considérablement étirés. Les antennes sont aplaties en lame de sabre mais se terminent par une pointe effilée.

f/Les Oedipodes (Locustinae/Oedipodinae) ont le profil de la capsule céphalique généralement arrondi. Leurs ailes postérieures sont fréquemment ornées de couleurs vives. Elles ne produisent pas de stridulations élaborées, mais sont capables d’émettre des sons en frottant l’arête vive de la face interne de leurs fémurs postérieurs sur une nervure denticulée du champ médian des tegmina.

g/Les Criquets chanteurs (Gomphocerinae) comprennent les nombreuses espèces que l’on rencontre souvent en populations massives dans les prairies et autres surfaces en herbe. Vue de profil, la tête épouse souvent une forme anguleuse. L’appareil stridulatoire consiste en une nervure lisse du tegmen sur laquelle vient frotter une rangée de tubercules située sur la face interne du fémur postérieur. De nombreuses espèces difficiles à identifier visuellement le sont garce à l’écoute de leur stridulation.

Sources :

Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale, Les guides du naturaliste
http://www.insecte.org/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s