Aïolope élancée (Aiolopus puissanti)

Identification : L’Aïolope élancée (Aiolopus puissanti) possède une nervure intercalée dans le champ médian, sa tête est assez anguleuse en vue de profil, ses ailes postérieures sont transparentes. Les carènes latérales de son pronotum sont incomplètes, ses tibias postérieurs partiellement rouges. Les fovéoles temporales sont en trapèze allongé. Les taches des élytres ne sont pas très marquées et ne pénétrant pas ou presque pas dans le champ médian. En général, ses taches sont une tache brune sur le bord antérieur de l’élytre précédée par une tache claire.

Taille : 15 à 21 mm pour le mâle, 21 à 28 mm pour la femelle.

Habitat : Milieux chauds à végétation rase, marais, bords des étangs et des rivières, milieux littoraux, friches, jusqu’à 1300m mais surtout entre 0 et 300 m.

Répartition géographique : Surtout dans les départements du pourtour méditerranéen et en Corse.

Période d’observation : Potentiellement d’avril à novembre avec un pic de juin à septembre.

Espèces semblables :
L’Aïolope émeraudine (Aïolopus thalassinus) est un peu moins élancée, la distance entre l’extrémité des genoux postérieurs et l’extrémité des élytres est généralement plus courte, les élytres sont généralement plus contrastés avec une tache brune un peu en avant du milieu encadrée par deux taches claires, les dessins se reportant dans le champ médian.
L’Aïolope automnale (Aiolopus strepens) a les fémurs postérieurs plus épais, ses élytres sont bien contrastés avec 2 taches claires bien marquées, elle est plus trapue.
Le Criquet des Alpes (Epacromius tergestinus ponticus) et le Criquet des salines (Epacromius tergestinus tergestinus) ont les élytres finement tachetés, les fovéoles temporales triangulaires et les tibias postérieurs bleuâtres, verdâtres ou presque blancs mais jamais rouges.
Le Criquet des roseaux (Mecostethus parapleurus) et le Criquet tricolore (Paracinema tricolor) ont 2 bandes sombres longitudinales sur le pronotum, pas de fovéoles temporales et les fémurs et élytres ne sont pas tachetés.
Les genres Calephorus et Stethophyma ont les carènes latérales du pronotum présentes et complètes.
Une grande partie des autres genres de Locustinae ont les ailes postérieures colorées et la tête bien arrondie en vue de profil.
Les longs tegminas et la présence de la nervure intercalée dans le champ médian permettent d’éliminer les autres sous-familles.

Sources :
https://www.insecte.org/
Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.

2018