Dectique verrucivore (Decticus verrucivorus)

Identification : Le Dectique verrucivore (Decticus verrucivorus) a les fémurs postérieurs fortement épaissis en massue. Les élytres sont tachés de sombre. Le pronotum présente une carène médiane nette sur toute la longueur de ce dernier. Les ailes n’atteignent pas tout à fait les fémurs postérieurs. Les lobes latéraux du pronotum ne sont en général pas bordés de clair. Il est de coloration généralement verte, mais parfois brunâtre ou violacée. Les cerques du mâles sont dentés au milieu. La femelle possède un long oviscapte légèrement arqué.

Taille : 26 à 34 mm pour le mâle, 27 à 42 mm pour la femelle.

Habitat : Pelouses sèches, prairies et alpages, entre 50 et 2700m.

Répartition géographique : Largement répartie en France.

Régime : Insectes et végétaux.

Espèces semblables :
Le Dectique à front blanc (Decticus albifrons) est une espèce brun jaune, a les ailes bien plus longues, les lobes latéraux du pronotum sont largement bordés de clair. Le mâle a les cerques dentés à la base.
La Sauterelle cymbalière (Tettigonia cantans) a les élytres relativement courts, dépassant à peine l’abdomen. Ces derniers sont dépourvus de taches sombres.
Les genres Gampsocleis, Tessellata et Platycleis ont la carène médiane du pronotum soit totalement absente, soit nette uniquement sur sa moitié postérieure (elle est parfois dessinée sur la moitié antérieure mais sans relief). Ce sont des espèces gris brun, avec pour les femelles un oviscapte plus court, sauf pour le Dectique des brandes (Gampsocleis glabra) qui peut être brun ou vert et dont la femelle a un long oviscapte mais celui-ci est légèrement arqué vers le bas et tronqué obliquement.
Les genres Sepiana, Amedegnatiana, Bicolorana, Roeseliana, Zeuneriana et Metrioptera ont les élytres plus court, plus ou moins au niveau de la moitié de l’abdomen, sans taches ou alors peu tachés. Pour les mâles, l’appareil stridulatoire fait environ la moitié de l’élytre. Pour les femelles, l’ovipositeur est un peu ou beaucoup plus court selon les espèces.
Les autres ont les élytres très très réduits. de rares mâles peuvent être brachyptères, mais alors l’appareil stridulatoire prend presque toute la surface de l’élytre.

Sources :
Cahier d’identification des orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.
http://www.opie-mp.fr/pdf/Carnet_orthopteres_mp_05_2016.pdf
Guide des sauterelles, grillons et criquets d’Europe occidentale, Les guides du naturaliste

2018