Tétrix causasien (Tetrix bolivari)

Ordre : Orthoptera
Sous-ordre : Caelifera
Infra-ordre : Acrididea
Super famille : Acridoidea
Famille : Tetrigidae
Sous-famille : Tetriginae
Tribu : Tetrigini
Genre : Tetrix
Espèce : Tetrix bolivari

Identification : Tétrix causasien (Tetrix bolivari) est généralement de couleur assez uniforme. Le vertex est tronqué ne dépassant pas ou peu les yeux. La carène supérieure des fémurs postérieurs est brusquement infléchie en se rapprochant du genou. Les antennes sont assez élancées. La distance inter oculaire assez importante (de plus de 1,3 fois la largeur d’un œil). Le dessus du pronotum est assez plat, la carène médiane étant peu relevée. Le pronotum est toujours long.

Taille : 10,6 à 12,5 mm pour le mâle, 12 à 14,9 mm pour la femelle.

Habitat : Milieux inondables, prairies, fossés, vases exondés des étangs et cours d’eau, de 0 à 1100m.

Répartition géographique : Présent surtout dans le tiers sud hors Pyrénées.

Période d’observation : De mars à octobre, avec un pic entre avril et juillet.

Espèces semblables :
Genre assez délicat, il faut être très attentif aux caractéristiques morphologiques.
Tetrix ceperoi a la distance interoculaire plus faible, de la largeur ou 1,3 fois la largeur d’un œil. La carène médiane du pronotum est plus ou moins surélevée.
Tetrix subulata a le vertex généralement anguleux vu de dessus et dépassant nettement les yeux. La carène supérieure des fémurs postérieurs est faiblement infléchie en se rapprochant du genou. Ses antennes sont moins élancées.
Tetrix depressa a le pronotum déprimé, la carène médiane forme une bosse dans la première partie puis s’affaisse brusquement.
Paratettix meridionalis a la distance inter oculaire très faible, plus étroite que la largeur d’un œil. La carène médiane du pronotum s’efface juste avant le bord antérieur.
Tetrix tuerki ne se trouve que dans les Alpes. Ses fémurs médians sont fortement ondulés et les fémurs médians et postérieurs sont moins de 3 fois plus longs que larges.
Les autres du genre ont le pronotum nettement surélevé (en forme de toit) et ont presque toujours le pronotum court (les formes pronotales longues sont très rares).

Sources :
https://www.insecte.org/
Cahier d’identification des Orthoptères de France, Belgique, Luxembourg et Suisse.

2019