Lagopède des saules (Lagopus lagopus)

Identification : Le Lagopède des saules (Lagopus lagopus) ressemble énormément au lagopède alpin. Il en diffère par la voix, quelques légers détails du plumage, la taille du bec et le milieu. Ses ailes sont en grande partie blanche toute l’année.Il a les orteils emplumés et la queue courte. Le plumage est presque blanc en hiver. En été, il est essentiellement brun à nuance rousse, jaune ou grise. On peut distinguer 3 plumages différents chez le mâle, deux chez la femelle.
Le mâle adulte au printemps (de mars à début juin) a la tête, le cou et le haut de la poitrine brun-roux foncé, presque uniformément sans barres visibles. Le ventre est blanc. Certaines partie des flancs et du dos sont blanches, diminuant progressivement pour être remplacées par du brun. Le dessus est noir barré de brun.
Le mâle adulte en été (de juin à septembre) acquiert progressivement des barres sur la tête, le cou et le haut de la poitrine et une coloration ocre, pas aussi rousse.
La femelle adulte (jusqu’en septembre) est comme le mâle en été mais en moyenne un peu plus jaune brunâtre, moins teintée de roux, et avec de nettes barres noires.
En hiver (de novembre à mars) le plumage est blanc avec la queue noire. Il diffère alors du lagopède alpin par des lores toujours blancs, une taille un peu supérieure et un milieu différent car le lagopède des saules cherche abri plutôt dans les bois de bouleaux et de conifères en se rendant rarement sur les pentes dénudées ou dans les saulaies. Le bec est plus gros et les ongles plus clair.

Taille : 35 à 43cm de long, 55 à 65cm d’envergure.

Poids : 370 à 650g.

Habitat : Forêts boréales, surtout de bouleaux (mais aussi de conifères et de saules), ainsi que dans la toundra à saules, bouleaux nains, bruyères…

Répartition géographique : Il est sédentaire, mais on le trouve souvent à plus basse altitude et dans des terrains plus abrités en hiver (bois de conifères et bois touffus de bouleaux).
Comportement : Il est grégaire en hiver et territorial en période de reproduction. Lors de la parade nuptiale, le mâle danse et se pavane devant son élue en écartant les ailes et en émettant des sons gloussés.

Vol : Il décolle brusquement et part d’un vol direct, avec des battements d’ailes rapides, entrecoupés de vols planés. Il vole habituellement sur une longue distance avant de plonger dans la végétation.

Nidification : La femelle creuse une dépression dans le sol et la garnit d’un peu d’herbes. C’est dans cette construction sommaire qu’elle pond 6 à 15 oeufs qu’elle incube seule pendant 21 à 24 jours, sous la surveillance attentive du mâle perché sur une branche voisine. Peu après l’éclosion, plusieurs familles se regroupent et vivent ensemble en petites troupes.

Régime : Il est essentiellement végétarien. En hiver, il se nourrit de tiges et bourgeons de saules, de bouleaux et d’aulnes. Au printemps, tiges et fruits d’airelles viennent agrémenter le menu. En été, il s’alimente de feuilles, de plantes herbacées, de fruits et de graines. Le régime des jeunes est composée d’insectes et de plantes.

Sources :
http://www.oiseaux-europe.com/
http://www.oiseaux.net/
Le guide ornitho

2017